Depuis que Liliplume nous a dit qu"elle allait pouvoir partir en mars en vacances de neige, il m'est revenu en tête la seule fois où nous y sommes allés avec nos enfants. Je ne sais pas si je vais réussir à raconter ce séjour tel qu'il a été, (pourtant, nous en parlons souvent!) mais il y a quand-même longtemps :à peu de chose près 30 ans !!! 

Il ne nous est pas venu à l'esprit de nous documenter et quémander des conseils sur les précautions à prendre pour un séjour à la neige! Nous ne partions quand-même pas au pôle nord!On verrait bien!

A l'époque, j'avais très envie d'aller passer un week-end à la neige avec nos enfant. Ils étaient grands déjà, ; 18, 16 et 15 ans.  Nous avions aussi à ce moment là,en garde en temps complet, deux gamins de 10 et 4 ans, puisque j'étais alors assistante maternelle de la DASS.

La société où travaillait Robert possédait et possède toujours des appartements , chambres et studio à la Pierre Saint Martin, dans les Pyrennées.Nous connaissions l'endroit car nous y étions déjà allés mais durant l'été, rien à voir ,mais nous ne le savions pas . Pas à ce  point!

Robert n'était pas très chaud, il trouve la neige triste! Il dit qu'elle dissimule la nature , la rend uniforme et, surtout, cause beaucoup trop de problèmes!

Mais, il n'a pas résisté à notre siège, et a cédé!

Comme nous étions  7, nous devions partir avec notre voiture et Eric, qui était alors dans l'époque où il se la pétait ferme,(voiture et élégance!) prendrait sa BMW! Bien sûr, ses frères monteraient avec lui, et nous prendrions les deux petits avec nous.

Nous pouvions profiter , toujours avec la société, de tarifs intéressant pour la location de skis; luge (pour le petit) et tire fesses!

J"ai donc préparé les valises, acheté les après-skis, et, bêtement informé les enfants , que sous l'appartement, se trouvait la boîte de nuit. Génial.!!!

Ils ont mis le nez dans la valise de chacun,et,toujours  bêtement, je les ai écoutés!

Il avait fallu une valise supplémentaire pour les vêtement de sorties du soir, chemises, veston, chaussures  etc...etc... ils étaient sûr de s'éclater tous les soirs, après s'être éclatés sur les pistes!

Et nous avons chargé la voiture au maximum, sans oublier les chaînes au cas où! C'est que nous pensions avoir pensé à tout ! Hé!

Et nous sommes partis, dès la clef tournée dans la serrure de la maison le coeur joyeux et l'esprit bien décidé à profiter de ces trois jours!

Nous étions tous beaux, habillés en tenue de ville, blouson de cuir pour Eric et Bruno et Pascal vêtu du manteau en agneau retourné que Eric avait bien voulu lui prêter! Ils s'étaient acheté des lunettes de soleil  (de marque s'il vous plaît!) et se voyait déjà descendre les pistes sous le regard admiratif des skieuses! Pas de pantalons de skis, non, non, de supers jeans, leur suffiraient bien !... ah! oui! quand-même! un bonnet choisi avec soin !

Lorsque nous sommes arrivés à Arête, le village au bas du col où se trouve la station nous avons dû nous arrêter pour mettre les chaînes car la neige commençait à tomber dru. Bon, c'était normal,c'est bien ce que nous venions chercher!

Oui, mais pas autant, nous avons pu nous rendre compte que le col était fermé derrière nous , une tempête commençait.Sur le bas côté les bus étaient immobilisés. 

Les chaînes de la voiture à Eric se sont cassées et nous avons dû nous arrêter aussi pour que Robert aille voir ce qui se passait. Pascal était descendu de la voiture pour aider son frère à remettre les chaînes et celui-ci l'engueulait de bon coeur,car il voulait qu'il enlève le manteau en agneau car la neige allait le tacher!!! Donc, voilà Pascal en pull occupé à remettre las chaînes à une voiture qui menaçait de glisser lorsque Robert les a rejoint.

Peut-être que je devrai ajouter que lorsque nous avions chargé la voiture, j'avais placé les après-skis et doudounes sous tous les bagages et que tout le monde se trouvait sous la tempête en chaussures de ville bien glissantes! J'ai alors compris pourquoi, certains, changeaient de chaussures en bas du col!

Tant bien que mal, nous sommes arrivés à la stations sous une tempête si forte que la station s'est trouvée coupée de toutes communications. 

Nous avons dû transporter nos valises, sur près de 2 ou 300 mètres, toujours glissant et Robert pestant contre ce temps de m....!

Une fois dans l'appartement, j'ai poussé un ouf de soulagement car, par moments, je n'étais quand-même pas très rassurée!

Ensuite tout s'est plutôt bien passé! Enfin, je dirai que nous avons eu de la chance de ramener nos garçons entiers et pas malades! De plus, malgré les rencontres non voulues et parfois brutales  avec les autres skieurs,(parfois mécontents) ils n'ont blessé personne! Un coup de chance !

Robert et moi nous occupions des plus jeunes (les petits) l'un a appris à se tenir sur ses skis sans mal et le plus petit a fait de la luge toute la journée toujours sous nos yeux!Robert s'est dévoué le plus  pour cette surveillance.

Eric s'est retrouvé (par inadvertance? ou prétention!) à descendre une piste noire! Je le suivais du regard avec des jumelles depuis le grand balcon de l'appartement, et après chaque virage je ne le voyais plus réapparaître car il s'était encastré dans le mur de neige sur le côté! J'attendais, inquiète, et il réapparaissait !!!! Méconnaissable, tel un bonhommede neige! Ouf !!

Finalement, je me demande comment il n'ont pas attrapré une pneumonie, il étaient tout le temps trempés et gelés.... et je réchauffais tout le monde à grand coup de chocolat chaud!

Finalement,la seule chose qui convenait dans leur équipement étaient ....les lunettes!!!!

Pas une seule fois, ils ne sont allé  voir ce qui se passait dans la boîte de nuit ! Ils étaient morts de fatigue le soir,et, finalement,content de leur week-end!

Lorsque nous sommes repartis, la tempête s'était calmée mais les serrures des voitures, entièrement ensevelies sous la neige, étaient gelées. Bien sûr nous n'avions pas pensé à nour munir de bombe dégivrante!

En arrivant au bas du col, Eric a dû s'arrêter pour faire essence,et,bien évidemment la serrure du bouchon d'essence était gelée aussi. Pas de problème! Mes fistons ont de la ressource, qu'à celà ne tienne, il suffisait de" pisser" sur le bouchon!!!  Discrètement, bien sûr! jusqu'à ce qu'il se rende compte que , derrière lui, le robinet de la pompe à essence à la main, la jeune femme de la station attendait pour le servir! Elle a préféré qu'il se serve lui-même ! Elle n'avait pas du tout envie de dévisser le bouchon en question!

Puis, nous avons enfin,pû rentrer chez nous et ..........Robert a bien juré qu'on ne l'y reprendrait plus!!! Et il a tenu parole !!! Les enfants y sont retournés , mais ....sans nous !!

Pourtant, avec le recul, lorsque l'on en parle, celà reste un bon souvenir !

 

P.S. Un petit rajout :  aujourd'hui j'ai fait fort , deux notes à la suite! Voir plus bas! :)