Avec Eric… pas le temps de souffler !

 

 

 

C’est à ce moment- là, qu’Eric a rencontré sa femme. En fait, il la connaissait déjà, puisque nous étions voisins quand nous habitions notre première maison. Ils avaient fréquenté, tous les deux la même école primaire et s’étaient perdus de vue ensuite.

L’année suivante, nous organisions leur mariage.

Double bonheur, puisque bébé était en route.

Ils ont trouvé un petit appartement près de chez nous.

Notre belle-fille s’est très rapidement et efficacement, malgré sa grossesse, investie dans ce travail, nouveau pour elle.

Le milieu de la semaine laissait beaucoup de temps libre, alors Eric a décidé d’apprendre par lui-même, l’art de la taxidermie. Il avait toujours potassé le sujet et jugé qu’il était temps pour lui de concrétiser son projet. Pour cela, il a squatté, chez nous, son ancienne chambre. Apprentissage difficile, mais il était persuadé que ce métier était fait pour lui. Après pas mal d’échecs (les animaux qu’il ne jugeait pas parfaits, partaient à la poubelle), après beaucoup de moments de colère, découragement, frustration, déception et j’en passe, il est enfin parvenu à un résultat satisfaisant.

Lorsque son père a, enfin, approuvé son travail, comme il savait que le jugement paternel était sans indulgence, il s’est senti prêt à s’installer.

 

Robert a eu connaissance

 d’un local à louer.

 Lorsque nous l’avons visité, j’ai été effaré devant son état de délabrement.

 Cependant, fait d’importance, le montant du bail était plus qu’attrayant.

La banque a accordé un prêt. Eh ! Oui ! C’était l’époque bénie où une banque vous faisait confiance.

Et toute la famille s’est mise au travail.

Père, frères, oncle (tonton Guitou) aucun n’a ménagé sa peine.

En deux coups de crayon rapides, Bruno lui a réalisé le prospectus à distribuer avant l’ouverture. Tout à fait dans son style ! Local loué en juin, ouverture prévue en septembre : ouverture de la chasse oblige ! Carrelage, sanitaires, peintures, comptoir (œuvre d’Eric n°2) toujours fidèle et dévoué, décoration, fournitures diverses etc…Mais, le jour dit, tout était prêt.

Durant douze ans, ils ont tenu le magasin tout en continuant les fêtes. Durant l’hiver, les week-ends, Eric posait sa caravane devant une boîte de nuit.

En ce qui concerne la taxidermie, il a rapidement gagné une véritable reconnaissance de la qualité de son travail. Même de la part du taxidermiste qui avait voulu nous décourager cinq  ans auparavant.

Pourtant on se doute bien qu’il n’était pas ravi d’avoir un concurrent, mais il a bien été obligé de faire contre mauvaise fortune bon cœur !

Eric, bientôt chargé de famille, ne devait pas faire son service militaire.

Ce n’était vraiment pas un problème pour lui.

Il était grand temps que je me lance à cœur perdu dans les préparatifs de la layette.

 

Fille ou garçon ? Impossible de le savoir à l’échographie.

En secret, je souhaitais une petite fille.

Une petite fille !

Ma petite fille !

J’allais être grand-mère !!