Les années suivantes ?

Elles aussi ont été riches en évènements de toutes sortes.

Eric et Pascale, sa femme, ne sont pas restés dans leur second appartement, celui-ci, s’étant rapidement révélé très humide. Cela ne s’était pas vu, au départ, les tapisseries avaient été refaites. Jusqu’au jour où, surprise ! Des pans entiers de,  justement cette tapisserie, qui donnait un air sympathique au logement, se sont écroulés d’un seul coup. Très malsains, les lieux ! Il n’était pas question d’élever Lydie et le second bébé qui s’annonçait, dans ce lieu humide où les murs, bientôt, c’était inévitable, allaient finir par se couvrir de moisissures.

Ils ont rapidement trouvé une petite maison, moins près de chez nous, mais pas trop loin quand même ! Derrière la maison, dans le jardin, se trouvait un énorme et magnifique noyer. Il bénéficiait aussi d’un garage, bien utile pour leur 4/4.

Notre belle-fille a pris un emploi. Je gardais Marc et Lydie restait inscrite à l’école tout près de chez nous. Je la récupérais le soir.

Marc avait un an de différence avec Jimmy. Ils se sont entendus comme larrons en foire. Le plus souvent, bien que plus jeune, c’était Jimmy qui prenait les décisions et Marc suivait. Jusqu’au moment où Marc, en ayant assez, piquait une colère aussi subite qu’intense. Ainsi que je l’ai déjà écrit plus tôt, Marc était d’un tempérament placide, mais il ne fallait quand même pas trop en abuser. 

Avec un salaire supplémentaire, ils ont pu solliciter un prêt pour acheter une maison. Un peu éloignée de chez nous, du moins c’est ce qu’il nous a semblé à l’époque. Comme de bien entendu, dans cette maison assez importante, beaucoup de travaux à effectuer. Le contraire nous aurait étonnés ! Robert est allé la voir avant que les enfants ne concluent l’affaire. Les travaux ne l’ont pas inquiété, malade ou pas, il avait l’habitude ! Pour lui, l’essentiel était que les murs soient sains. C’était le cas !

Le premier travail a consisté à tracer et réaliser le parc des canards. Les canards d’Eric, les appelants pour les nuits de chasse à la tonne, ont toujours été pour lui, l’objet de toutes ses attentions. Il fallait que les parcs soient propres et faciles d’entretien. Priorité absolue !

Ensuite, Robert et Pascal se sont mis au travail. Parfois, un copain venait donner un coup de main. Pascal y passait toutes ses soirées et week-end. Eric, évidemment, n’arrêtait pas un seul instant. Ils s’y sont installés, et les travaux avançaient, chaque été, financés par les recettes des fêtes foraines. Beaucoup d’énergie dépensée par tous. Beaucoup de travail, et bien peu de moments de repos ! La femme d’Eric, savait tirer le maximum en décoration, d’un minimum de moyens.

Dans l’un des garages (il y en avait deux) était installée la couveuse, car Eric, chaque saison, faisait élevage de sauvagines, race spécifique de canards, pour la pratique de sa passion. Pascal a partagé cette passion longtemps avec lui. Ils y ont vécu de véritables aventures, cocasses, le plus souvent. De quoi écrire un livre, rien que sur ce sujet !

Lydie et Marc ont vu naître quantités d’oisons et canetons. Il fallait voir Eric avec ses gros doigts (il a des mains très épaisses) aider délicatement les oiseaux à éclore. Petits éclats de coquilles par petits éclats. Il connaissait à l’avance, le jour d’éclosion de chaque œuf.

Une oie qui vient de naître, reconnait comme parent, la première personne qu’elle voit à sa naissance. Eric dit même, que les oisons reconnaissaient sa voix, pour l’avoir entendue lorsqu’ils étaient encore dans l’œuf et qu’il les manipulait dans la couveuse.

Lorsqu’il les emmenait, la nuit à la chasse, les oies le suivaient sur les talons, librement.

Axia, leur chienne griffonne, suivait aussi. Elle savait faire la différence entre les oiseaux sauvages, cibles du coup de fusil, et les oies et les canards qui servaient d’appelants. Ceux-là, interdit d’y toucher !

                    LA TONNE pour ERIC , c'est  son paradis paradis sur terre !

Il est évident que chacun a son opinion sur la chasse cependant, si vous voulez savoir en quoi consiste la chasse à la tonne , vous retrouverez le fiston sur "you tube"    "la chasse aux canards dans le Médoc" les 2 premières vidéos  celles du 3 novembre 2010 et 1er septembre 2009 de préférence !

 Mais ce n'est pas une obligation !!! Chacun ses goûts !