16 mars 2014

Une petite note d'abord, la suite....ensuite!

Une petite note avant la suite des aventures de "Lucy" !!

Je ne suis pas vaillante ???  Deux notes pour la même journée, alors , bonne lecture !

 

Hier, le temps était sombre. Le soleil n'arrivait pas à percer. Le ciel était bas! 

Aujourd'hui, le soleil est de retour, éclatant et chaud.

Ce midi, Marine, notre petite fille  "guadeloupéenne" nous a téléphoné pour prendre de nos nouvelles; Elle le fait très souvent. Elle nous a envoyé des photos qu'elle ne veut pas que je montre à sa mère, Mumu, parce-qu'elle veut lui faire la surprise de sa nouvelle coiffure.C'est pour être raccord avec la région!  Il faut savoir que demain midi, sa mère Mumu , donc notre voisine,  s'envole pour passer deux semaines en Guada (comme disent les jeunes!)

1743737_10203471823381406_1672769727_n

 

Donc, huit jours, pour commencer mumu seule , puis lundi prochain Pascal part à son tour pour les huit jours suivants. Il ne peut pas s'absenter 15 jours de suite rapport à tous les dossiers qu'il a en cours pour son travail.Ils reviendront ensembles.

Mes fils n'ont jamais pris de vacances depuis environ 25 ans! Celà va leur faire un bien fou!

Ce serait bien si Bruno pouvait en prendre un peu. Mais ce n'est pas possible. D'ailleurs, hier il a dû appeler le médecin de garde car ses affreuses migraines sont revenues en force. Il a fallu le piquer. Heureusement il est tombé sur un jeune médecin bien au fait des problèmes de nerfs et autres liés au stress et surmenage. Il lui a donné un traitement et lui a dit de prendre chaque jour deux ou au moins une heure pour se détendre . Sinon, il n'en sortira pas! Ce n'est pas une bonne époque pour notre fiston! Pensant se détendre il a fait du jogging, mais il ne faut pas pour le moment, sa tension est trop basse. Espérons que ce traitement va lui faire de l'effet.

Comme durant la semaine son frère va manger chez nous, (on ne va pas le laisser manger tout seul chez lui, pendant que sa douce moitié se prélasse en Guadeloupe!) je vais harceler Bruno pour qu'il vienne manger avec nous, au moins le midi. Le soir, il ne voudra pas, il y a Margot qui rentre de la fac le soir.Elle est très attentionnée envers son père! Normal, c'est elle que j'appelle "ma douce" ! malgré un caractère bien trempé!

Je vous souhaite un bon dimanche ensoleillé.

.......................................................... voir note précédente!

 

.

 

 

Posté par emiliacelina à 15:18 - Commentaires [8] - Permalien [#]

nouvelle....suite

     Donc, je continue sur ma lancée! Et celà ne me fatigue pas trop!  Voici une partie de la suite!

Merci pour vos appréciations.

 

                                                                           

              Quelques jours passèrent, de manière à peu près identique : Lucy ne rechignait plus à faire ses remerciements, persuadée d’abuser les Vilains du Gouvernement, mais elle s’appliquait toujours autant à ne pas communiquer avec toute personne autre que Chichi. Les néo-parents s’y étaient peu à peu accoutumés, certainement persuadés que ce mutisme était dû à son précédent environnement familial. Ils devaient penser qu’avec un peu de temps, elle finirait par avoir un comportement normal, ou plutôt, un comportement « Nouveau-Gouvernementalement normal ». Les jours s’écoulaient au rythme de la vie quotidienne, et un samedi, elle fut emmenée dans un établissement qui serait dès le lundi prochain, sa nouvelle école.

Sa première école serait un terme peut-être plus approprié, puisque jusque-là, son éducation était assurée par son vrai père, ancien professeur d’université.

Papa lui avait dit que les universités n’existaient plus, qu’elles avaient été supprimées par les Vilains, et qu’ils avaient mis quelque chose à la place : mais la petite n’avait pas retenu le nom exact des nouvelles infrastructures mises en place. Elle savait juste qu’il s’agissait « d’usines qui créent les robots du Gouvernement » comme disait papa.

      Vrai-Papa lui disait que si elle n’allait pas à l’école comme les autres, c’est justement parce qu’il ne voulait pas qu’elle devienne un robot: que lui, il allait lui apprendre des choses vraies, les choses qui font réfléchir, pas celles qui vous font dégouliner le cerveau comme du fromage fondu. La comparaison avait toujours réussi à faire rire la petite. Cependant, à ce moment-là, c’était plutôt la peur qui lui tenait les entrailles. La peur de devenir elle aussi un robot, au contact de ce lieu d’abrutissement. Et plus que tout, il y avait la peur de la découverte d’un autre lieu nouveau, inconnu, encore jamais exploré de manière physique. Elle avait déjà vu des images, elle avait déjà entendu parler des maîtres et des maîtresses, des camarades de classe, mais jamais, au grand jamais elle n’avait goûté à ce fruit de l’expérience. Et la terreur de l’inconnu total dans lequel elle allait désormais devoir vivre la tenaillait plus que tout autre chose.

     Sur le chemin la menant à la visite de l’école, Lucy était tellement terrassée, que malgré les distances qu’elle tentait de conserver avec son entourage adoptif, elle ne put se contenir de glisser sa petite main froide dans celle de néo-maman lorsqu’elles s’approchèrent de l’Endroit tant redouté. La petite fut surprise du réconfort que pouvait lui procurer la chaleur de sa tutrice. Elle se sentit un peu coupable de substituer sa Vraie-Mère, mais son sentiment de culpabilité disparut aussitôt qu’elle aperçut le gigantesque portail vert de l’école.  Elle tenta de ralentir le pas, et néo-maman, se rendit compte des inquiétudes du petit oisillon gris. Elle se pencha vers elle :

« Ne t’inquiète pas, je resterai avec toi, on est juste là pour te faire visiter, d’accord ? »

Un peu rassurée et reconnaissante, mais le visage toujours tétanisé par la peur, l’enfant hocha doucement la tête  et se remit à marcher. Son corps entier semblait lui dire que cet endroit était maudit et qu’il fallait le fuir. Malgré cela, elle suivit docilement néo-maman jusqu’au lieu-dit. Elles furent accueillies par un vieil homme bedonnant, avec une petite barbe brune. Il avait un visage bouffi que l’on pourrait croire naturellement souriant. L’appréhension de la jeune fille fut déstabilisée à la vue de cette sorte de gros nounours. Un gros nounours vieux et moche, certes, mais un nounours tout de même. Après leur avoir ouvert le portail, Mr. Ours s’accroupit pour être à la hauteur de l’enfant, et lui dit :

 « Bonjour Lucy ! Je m’appelle Jean Simplicitas, mais tu peux aussi m’appeler Mr le Directeur. On va te faire visiter, tu me suis ? »

Stupéfaite par la gentillesse de l’Ours, la petite agita machinalement la tête. Elle pensait que le responsable de l’établissement serait une sorte d’ogre aux dents pointues, et aux yeux mauvais. De même, tout ce qu’elle découvrit de l’école était différent de l’idée qu’elle s’était forgée au fur et à mesure des discours de son père. La cours de récréation était immense et ne ressemblait pas à un enclos à bétail, les couloirs étaient propres, les murs des classes étaient peints en couleurs chaudes, les bureaux semblaient neufs... La bibliothèque était remplie de livres et semblait inviter tous ceux qui s’y trouvaient à la lecture et au travail assidu. Et surtout, tout sentait bon : il n’y avait pas la moindre trace d’odeur métallique dans l’air.

 

La petite se laissa guider, et à la fin de sa visite, elle avait intérieurement conclu que si lieu de création de robots il y avait, il était vraiment très bien caché. Une petite voix dans sa tête - une voix qui ressemblait à celle de son père -  persistait et lui rappelait que tout cela n’était que le fruit du Nouveau Gouvernement, et que tout, absolument tout était travaillé pour le mettre en valeur : pour étouffer toute forme de protestation. Lucy tentait de bien garder cela en tête. Pourtant tout cela était si attirant pour une jeune fille à qui on avait transmis l’amour de l’étude. Cet endroit mimait tellement bien le lieu de transmission du savoir que la môme imagina malgré elle que tout dans le nouveau système scolaire n’était peut-être pas aussi mauvais que Papa le disait.                                                                                  

 

 

     

Posté par emiliacelina à 13:31 - Commentaires [6] - Permalien [#]