113055986

 

 

Mais qu'est-ce qu'elles peuvent bien ce raconter tout un après-midi ?

Moi! je le sais !

Je crois bien que sous le prétexte de me sortir prendre l'air ma mère se ménage surtout de longs moments loin de ma grand-mère.

Son amie Hélène l'attend.Elles sont amies d'enfance. Elle était brodeuse avant d'être secrétaire. Elles ont beaucoup de choses à se dire ! 

Ma mère et ma grand-mère ne s'entendent pas très bien .

 Lorsque mon père était encore parmi nous, c'était plus  facile,il prenait toujours le parti de maman . Ils étaient si amoureux!

Ma grand-mère c'est la mère de mon pauvre papa. Celui-ci avait eu le coup de foudre pour la petite lingère de sa mère et l'avait épousée faisant fi des mises en garde maternelles. Elle avait dû faire contre mauvaise fortune bon cœur cachant son profond désaccord sous un sourire hypocrite.      Je l'ai entendue lorsqu'elle faisait salon avec ses amies se désoler de cette mésaliance et se plaindre du soi-disant manque d'éducation de ma mère à qui elle reprochait surtout de s'adresser aux employés de la maison sur un ton respectueux, presque amical  puisqu'elle avait  été l'une des leurs avant son mariage! 

Après le décés de mon père, profitant de la peine de ma mère , elle  a peu à peu pris le dessus  prenant toutes décisions sans lui demander son avis. Lui interdisant toute initiative, lui déniant tout droit à la parole, sauf si une tierce personne était présente: il fallait sauver les apparences ! 

Maman supportait, toute à son chagrin, jusqu'au jour où ma grand-mère a décidé qu'il fallait penser à s'occuper de mon éducation. Elle connaissait un pensionnat qui ferait de moi une jeune-fille accomplie... selon elle! Maman a refusé toutes "griffes" dehors ! 

Elle élèverait sa fille selon ses principes à elle. Principes que lui avaient inculqués ses parents (hélas décédés) et qui avaient fait d'elle une enfant heureuse,  une jeune - fille bien élévée et une bonne épouse. Elle entendait être maintenant une bonne mère pour moi en me gardant auprès d'elle.

Les relations belle-fille et belle-mère déjà tendues sont devenues très difficiles.

C'est le sujet des discussions entre maman et Hélène. Elle est, elle aussi vêtue de noir mais elle n'est pas en deuil. Je l'ai toujours vue vêtue ainsi. Elle est très jolie et surtout très gentille. Elle travaille chez le notaire qui gère les affaires de grand-mère. C'est ainsi que maman a appris que mon père avait pris des dispositions au cas où il lui arriverait quelque chose. Grand-mère s'était bien gardée de l' informer, qu'elle dispose d'un capital lui permettant d'assurer notre avenir largement . 

Donc, depuis quelques temps, elles complotent toutes les deux.

Je fais celle qui joue avec le sable, mais sous l'amas de  dentelles qui me dissimule, je tends l'oreille.

Bientôt! Bientôt, nous allons partir, toutes les trois. Nous quitterons la grande maison de grand-mère pour un petit appartement dans la ville voisine juste au-dessus de la boutique de mercerie , broderie que tiendrons maman et Hélène. Hélène redeviendra brodeuse.

Quand, ce soir, nous rentrerons , si grand-mère  comme à son habitude me pose des questions sur ce que nous avons fait et qui nous avons vu : Pas un mot ne franchira mes lèvres sur le projet de maman! Je le jure ! 

 

 Je suis tellement impatiente ! Peut-être que maman cessera, enfin ,de pleurer !