Allez! Hop ! 

Direction  : Souvenirs  (si ça vous amuse) !

L’été avant le départ à l'armée de Pascal, notre aîné , Eric,s’était marié. Pour notre plus grande joie notre première petite-fille Lydie était en « route » !

Pascal n‘était donc  pas chez nous le jour de sa naissance.

Mais comme son frère Bruno cela ne l’a pas empêché d’être, dès le premier jour , un tonton toujours présent.

Elle a été notre petite reine durant trois ans puisqu’elle était la seule et première petite-fille et nièce de la famille : statut plus que privilégié 

Elle l’est d’ailleurs restée et cela n’a rien enlevé à l’amour que nous avons tous porté aux autres enfants de la génération suivante :

Nos petits-enfants !

Ils sont huit, au jour d’aujourd’hui dont deux : (Lydie et Marine ) nous ont déjà fait arrière-grands-parents !

Tant d’années ont passé…

Nous sommes en 2017 !

Robert et moi nous sommes mariés en Février 1962.

Le mois prochain, nous fêterons notre anniversaire de mariage : 55 ans ! Vous vous rendez-compte ?

 

Souvenir….souvenir…quand tu nous tiens !

                                                                                                                          

Des souvenirs….. J’en ai à foison !

Ils ressurgissent chaque fois que nos fils sont réunis, et, chaque fois  se racontent, sûrs de leur immunité (il y a longtemps qu’il y a prescription !) je me demande comment nous avons, leur père et moi, pu être aussi patients !

I

l  nous en a fallu… de la patience … beaucoup !

Pour preuve, je vais de mon mieux tenter de  me remémorer quelques épisodes qui en sont le plus pur exemple !

 

C’était bien avant qu’Eric ne convole en juste noce.

Il sortait alors avec une joyeuse bande de copains. Il y avait : Jacques, Jean-Louis, l’inévitable Eric (l’ami des premiers jours de collège) et d’autres, mais ces trois - là venaient chaque samedi soir à la maison point de ralliement avant de partir passer la soirée en boîte.

Pour le différencier de son copain,  notre Eric était alors surnommé Rocky.

Tous étaient de gentils garçons, vaillants, honnêtes, respectueux  mais qui avaient un peu tendance, tout comme notre fils, à jouer parfois …les « rebelles » !

Pour tous, les petits frères de « Rocky » étaient aussi sous leur responsabilité.

Robert avait fait ses recommandations.

Le plus souvent, ils respectaient cet engagement et la soirée se passait « normalement».

Quoique, peut-être, nous devrions encore nous méfier et supposer qu’il y a eu des évènements, que, encore une fois nous avions ignorés !

Pour les avoir, souvent entendus se raconter leurs  aventures,  et en rire de bon cœur  le lendemain de certaines soirées, nous devinions facilement comment les choses avaient pu se passer.

 

C’était bien différent lorsqu’ils sortaient sans les plus jeunes.

Ils ne cherchaient pas les ennuis…parait-il. Mais nous savions bien qu’ils n’attendaient que cela. Je me demande même s’ils ne l’espéraient pas !

Il suffisait de presque rien envers un seul d’entre - eux : un geste malheureux, un regard soi-disant provocateur, une parole déplacée, un sourire supposé moqueur, suffisait pour que se déclenche une bousculade, rapidement suivie d’un échange de coups.

Ils ne cherchaient pas qui avait raison ou tort.

Vous savez, le fameux : Un pour tous, tous pour un !

Appliqué au pied de la lettre.

Les videurs intervenaient, ils avaient l’habitude la petite bande n’était pas la seule à avoir le sang vif !

D’ailleurs :

-       Ce n’était jamais de leur faute !

-       Et surtout pas  de celle d’Eric !

 

J’en ai parfois douté, mais, au risque d’apporter de l’eau au moulin de ceux qui me suppose chauvine … j’avoue que je me laissais, souvent, facilement convaincre de la bonne foi de mon fils! 

                                                                                                                           .....   A suivre ?