Mon devoir chez Lakévio .

117568646

 

Pull bleu  ciel : Enfin! Catherine, tu ne vas pas repartir déjà, tu sais bien que nous avons à discuter.

Pull bleu roi (Catherine)  : Je ne vois pas ce que nous avons à discuter. Grand-mère est enterrée, Le notaire règlera la succession et je reviendrai lorsqu'il nous contactera. Je ne vois pas ce que nous pouvons faire de plus!

-Ne fais pas celle qui ne comprend pas, que va devenir Lucie?  Tu vois bien combien elle est perdue et peinée.

-Je vois bien, mais l'assistante sociale s'occupera d'elle !

-Tu n'y penses pas! Lorsque les services sociaux l'ont confiée à mamie elle n'avait que sept ans. Mamie s'est occupée d'elle comme elle l'a fait pour nous à la mort de nos parents et Lucie lui a apporté beaucoup de bonheur. Nous étions parties toutes les deux et Mamie était très malheureuse de n'avoir plus personne à s'occuper. Quelqu'un qui ait besoin d'elle a comblé sa solitude! 

- Evidemment qu'elle l'aimait et je conviens que Lucie le lui a bien rendu,mais c'est bien nous qui somment les petites-filles! Que veux-tu qu'on fasse ?

Lucie ; Je vous en prie, ne vous inquiétez pas pour moi. J'ai passé auprès de votre grand-mère de merveilleuses années et même si pour le moment j'ai trop de peine pour réfléchir je sais qu'il va bien falloir que je me débrouille maintenant pour trouver un emploi et me loger! Je lui resterai toujours reconnaissante!

- Ah ! Tu vois! Il faut être réaliste!

- Non ! Mais ! Tu te fiches pas de nous ? Est-ce que tu t'es occupée de mamie durant toutes ses années?  Qui l'a soignée durant sa grippe et lorsqu'elle s'est cassé le col du fémur?  Que faisions nous, nous pendant ce temps ? Moi avec mes quatre enfants et un mari toujours par monts et par vaux pour son travail , et toi, à voyager autour du globle pour faire des reportages qui te valent ta célébrité et te permettent de vivre largement sans aucun soucis ni responsabilité autre que de t'occuper de ta petite personne!

- Mais, c'est mon métier! C'est la raison qui m'a empêchée de fonder une famille, si tu crois que ça ne me manque pas 

- En tous les cas , ce n'est pas le problème aujourd'hui. Je reconnais que moi aussi je me suis trop reposée sur Lucie. Comme toi, je  téléphonnais et Lucie , toujours présente nous rassurait, alors nous retournions à nos petites affaires l'esprit en paix!

Lucie : S'il vous plaît ne vous disputez pas pour moi! J'étais heureuse de m'occuper de votre grand-mère, elle me parlait toujours de vous et était tellement fière de votre réussite à toute les deux . Ah! oui! pour ça, elle était vraiment très fière de vous et moi je l'aimais tant et je vous suis reconnaissante de m'avoir permis de vivre auprès d'elle! 

- Bon! Assez discuté!  Je comprends. J'avoue que je n'ai pas réfléchi. A voir de par le monde tellement d'horreur je me suis peu à peu déconnectée de la vie de tout un chacun autour de moi. Un important reportage m'attends. Si tu es d'accord sœurette, je peux te signer une procuration pour régler le problème selon  ton choix. Je suis d'accord quoi que tu décides. La question financière ne m'intéresse pas comme tu viens de me le rappeler. 

-L'idéal serait que Lucie ait la jouissance de la maison de Mamie. Et plus tard elle reviendra à nos enfants.Elle l'a bien mérité. Je peux rester quelques jours pour régler le problème avec le notaire  qu'en penses-tu ?

- J'en pense que c'est une excellente idée et que je vais repousser mon départ juqu'à demain (je ne peux faire plus) pour que nous passions la soirée toutes les trois ensembles à nous souvenir de mamie! Qu'en dis-tu Lucie ?   Cesse un instant tes larmes c'est nous qui devons t'être reconnaissantes et nous le sommes. Garde le numéro de téléphone de Mamie que nous puissions continuer à t'appeler pour avoir de tes nouvelles.

-- Excusez  moi mais je ne sais plus quoi dire. Vous êtes tellement gentilles , je vous remercie. 

- Alors, c'est réglé! Venez! Nous allons toutes les trois nous mettre aux fourneaux, nous avons pleins de choses à nous raconter  !

.... et du temps à rattrapper!