Devoir de Lakevio -:

Commencez impérativement votre texte par la phrase suivante : "Que peut-elle bien faire encore au-dehors, dans ce noir ?" Emprunt à Jean et sa divine Ondine.

- Terminez impérativement votre texte par la phrase suivante : "Elle farda ses joues et ses lèvres, avec minutie; puis, ayant gagné la rue, marcha au hasard." Emprunt à François et sa Thérèse D.

- Entre les deux, casez ce que vous voulez !

 Je vais essayer!

120177682

 

Que peut-elle bien faire encore au dehors, dans ce noir?

Vous vous posez la question ? Moi aussi .Non! Je sais ....Je pars !

Jamais je n'aurai pensé en arriver là!  J'ai descendu l'escalier pieds nus en évitant de faire craquer les marches de bois pour ne pas que Jacques m'entende.

Remarquez que cela m'aurait bien étonné vu le sommeil profond que me prouvaient ses bruyants ronflements. 

Ses ronflements d'ivrogne ! Je  sais que même  le tonnerre ne le réveillerait pas dans ce cas là. Ça fait cinq ans que je le supporte au retour de ses soirées de beuveries. 

Je l'aime   l'aimais tant !  Il rentrait en titubant et montait directement s'écrouler sur le lit et le lendemain matin partait au travail comme si de rien n'était!

Au début il culpabilisait et, penaud, s'excusait le lendemain......  je pardonnais et tentais de le raisonner , le rassurant en lui assurant que je ne le quitterai jamais. 

Il sait que mon père était alcoolique et brutal avec  ma mère et je répétais souvent que je ne supporterai jamais d'être frappée. 

Il prétendait qu'il m' aimait trop et que lui ne pourrait jamais lever la main sur moi. J'emploie l'imparfait ...parce-que c'est le passé depuis ce soir.

Ce soir, il a franchi la limite! Même si ce n'était pas très malin de ma part de lui montrer ma contrariété aussi vertement....  mais je l'attendais impatiemment car nous devions sortir. Il avait promis de rentrer directement.... le ton a monté... il m'a violemment giflé. Je l'ai regardé fixement sans rien dire et lui ai tourné le dos . Il a monté l'escalier un petit peu plus lourdement que d'habitude.

Demain , évidemment il se sentira penaud, mais comme d'habitude pensera que je pardonnerai parce-que :

C'est la première fois ....  sauf que c'est la fois de trop !  J'ai trop le souvenir du calvaire de ma mère! 

Devant le miroir, avant de m'aventurer  dans cette nuit obscure et inquiétante,  regardant ma joue tuméfiée, j'ai sorti ma trousse de maquillage  et  me suis adressée à mon reflet parlant de moi comme d'une  étrangère ..."elle farda ses joues et ses lèvres avec minutie; puis, ayant gagné la rue marcha au hasard" !