chose promise....chose dûe.....

 Sans oublier le devoir de Lakévio du Goût... mais le week-end va être long ...

Alors Suite 13...

  A Prétoria, le convoi s’organisa rapidement et nous prîmes la route sans perdre de temps.

Le voyage en camion, pourtant épuisant me ravit, surtout après avoir laissé derrière nous les routes entretenues pour prendre celles, cahotantes qui reliaient les petits villages entre eux. On ne pouvait d’ailleurs plus vraiment parler de routes mais plutôt de chemins tantôt caillouteux tantôt riches en nids de poules qui mettaient à rude épreuve la mécanique de nos camions. Les deux jeeps qui nous accompagnaient, l’une en tête de convoi et la seconde en queue étaient bien plus à l’aise.

Les longues pistes traversant la savane qui nous conduisaient au BOTSWANA sous un soleil éclatant, étaient souvent traversées par les animaux sauvages et Alexandre jouait le guide pour moi avec un plaisir évident devant mon air émerveillé.

Nous devions nous rendre dans le petit village de KWETHO par-delà le delta OkAWANGO.

Nous avions la chance de nous trouver en saison dite sèche quand plusieurs centaines d’espèces d’animaux se regroupent dans les grands espaces du delta car les eaux y sont hautes.

Je regrettais que nous ne puissions pas nous attarder, par précautions de sécurité mais aussi et surtout parce-que le village avait besoin de médicaments et de médecins.

 

KWETHO…

 

A nôtre arrivée, j’ai aperçu au loin le village. Au centre de la savane d’herbes sèches les huttes de bois aux toits de roseaux pour la plupart étaient disposées en cercles. Sur la droite excentrée des autres, une case plus importante était la seule à avoir des piliers pour soutenir sa toiture. Ceux-ci étaient constitués de pierres empilées et assemblées par de la boue séchée. Je sus plus tard que c’était celle du chef du village.

Alexandre me prévint qu’il allait être très occupé durant les prochaines heures et me recommanda de ne pas trop m’éloigner. Je restais donc à l’écart, soucieuse de ne pas gêner, observant l’équipe de MSF qui commençait à décharger le matériel des camions. Alexandre se dirigea vers le chef qui s’avançait vers lui pour le saluer. Je savais qu’il allait lui demander l’aide de quelques hommes du village pour monter les tentes du petit hôpital. Chacun œuvrait exécutant la tâche qui lui incombait. Je me rendais bien compte que les choses suivaient un ordre établi par les expériences précédentes. J’avais l’impression d’assister à la mise en marche d’une machine bien huilée et bien rôdée.

J’étais la seule « novice » et me sentais un peu perdue et surtout inutile. Les infirmières s’en sont rendu compte et sont gentiment venu me proposer de les aider. Pendant que les tentes se montaient rapidement nous devions vider le matériel médical de base et classer les cartons de médicaments. J'étais heureuse de me rendre enfin utile.

Le village semblait le centre d’une ruche en effervescence devant les yeux curieux et attentifs des indigènes.

Une femme, son enfant visiblement malade dans les bras venait déjà vers nous, suivie à petite distances par deux autres…

Les membres de l’équipe enfilèrent leurs blouses blanches et s’occupèrent de leurs premiers petits malades rapidement installés dans les premiers lits .

Dès lors, mon mari ne s’occupait plus beaucoup de moi, trop absorbé par les malades et les décisions à prendre, mais, lorsque la nuit tombait sur le village et qu’une urgence ne requérait pas sa présence, nous nous retrouvions sous notre tente et nous aimions passionnément. Je l’admirais de plus en plus.