Avant dernière suite N°15

 


      La mission devait durer un an. Habituellement les missions étaient plus courtes, mais notre présence avait été maintenue  plus longtemps  vu la situation d'extrême    nécessité.
Il y avait six mois que nous étions sur place, il restait donc six mois avant que nous ne regagnions la France. Lorsque nous quittions les postes que nous avions occupés nous partions toujours avec beaucoup de regrets mais une période de transition était toujours obligatoire entre deux missions et nous savions qu’une autre équipe de MSF viendrait prendre notre relais.
Le travail durant ces missions demandant un investissement physique et émotionnel de chaque instant, pour des journées dépassant parfois seize ou dix-huit heures il fallait des périodes de repos suffisamment conséquentes entre deux départs pour récupérer et pour ceux qui en avaient  une,jouir du plaisir de retrouver leurs familles.
Nous sommes rentrés en France au printemps deux - mille - six.
   *****
Comme promis Alexandre entreprit des recherches. Nous apprîmes que les archives de Marennes avaient disparues dans un incendie. Lorsque nous allâmes « rôder » du côté où j’avais grandi la maison que j’habitais avait laissé sa place à une grande résidence de plusieurs habitations luxueuses.
Je ne reconnus plus les lieux de mon enfance et ne retrouvai aucune personne que j’eusse connue à cette époque. Mon passé semblait disparu. Nos recherches n’ont pu aboutir.
C’est à ce moment - là que mon mari commença à se sentir très fatigué.
Au cours de notre dernier séjour en Afrique il avait perdu dix kilogrammes mais nous pensions que les conditions de vie qui avaient été les nôtres durant un an de mission pouvaient l’expliquer. Ayant du mal à récupérer il préféra aller consulter. Les examens dépistèrent une hépatite C.
Durant les années suivantes il supporta plusieurs épisodes de traitement à l’Interféron auxquels son organisme ne répondit pas. La cirrhose s’installa puis il fut inscrit sur la liste de demandeurs d’organes.
Nous avons attendu plusieurs mois qu’une famille endeuillée, après la perte d’un être cher accepte généreusement de faire dons de ses organes en vue de transplantations. Le foie du disparu fut attribué à Alexandre. Il fut greffé en deux-mille-dix-huit.
La suite de l’opération fut difficile et des complications survinrent suite à plusieurs rejets compliqués de problèmes de voies biliaires.
L’hépatite C se réactiva, la médecine ne savait pas encore comment la guérir et finalement il quitta ce monde à mon grand désespoir, en novembre deux-mille-dix-neuf.
Auparavant, conscient de son état et malgré tout toujours soucieux de mon avenir il me conseilla, lorsqu’il ne serait plus là de quitter ce coin de France et d’aller vivre ailleurs.
-« Où que tu sois je veillerai toujours sur toi. Pose tes valises ailleurs, vers le sud de notre hexagone par exemple. Quitte les Charentes et espère toujours… si nous n’avons pas réussi à retrouver ta fille peut-être que ce sera elle, qui un jour te retrouvera. Ne désespère jamais. »
Je lui fis confiance et suivis ces conseils. Mon choix se fixa sur Perpignan.
Pourquoi Perpignan ? Simplement après avoir regardé un reportage sur cette ville présentée comme une « commune du sud de la France » j’y vis comme un signe et pris ma décision sans réfléchir davantage.
Sans me déplacer, je pris contact avec une agence immobilière qui me proposa en location un appartement rue Saint Pierre.
Les photos reçues me plurent et j’y emménageais durant le printemps deux-mille-dix.
Je pris beaucoup de plaisir à m’installer à cette nouvelle adresse. J’avais de nombreux souvenirs ramenés de nos voyages aux quatre coins du monde durant toutes ces années. De les manipuler pour leurs trouver une place qui les mettent en valeur dans mon petit trois pièces fit fréquemment perler quelques larmes à mes yeux.
Lorsque mon installation fut terminée, je me retrouvai bien désœuvrée  l’automne venue et je commençais à me promener un peu dans la ville.
J’avais alors soixante-neuf ans et le sort m’ayant toujours dotée d’une bonne santé physique, l’inaction commença à me peser. Je ne voulais pas me laisser gagner par l’ennui et la tristesse que je sentais poindre. Je savais que je devais réagir.  La vie avec Alexandre m’avait appris qu’il n’était pas bénéfique de se laisser aller à la mélancolie.
De ma fenêtre, j’avais remarqué en face de chez moi une certaine agitation et découvert que ce tenait là une antenne de l’association « Restos du Cœur » comme l’indiquait le panneau au - dessus de la grande porte d’un hangar.
En traversant la rue je me disais : pourquoi pas ? La misère ne loge pas uniquement à l’autre bout du monde. Je peux peut-être encore me rendre utile.
Je fus accueillie avec reconnaissance. L’agence manquait cruellement de bénévoles et l’hiver n’allait pas tarder
J’ai commencé par réceptionner les denrées que livraient les camions. Rapidement grâce à ma longue expérience acquise au cours de mes années chez Médecins - sans- Frontière, je pus fournir de judicieux conseils pour améliorer l’organisation de toute cette marchandise et en faciliter la distribution.
Ces sentiments, je savais les gérer. Je les connaissais bien. Je les avais même vécus. En ce qui me concernait De la même façon je savais déceler chez les bénéficiaires de l’association tout malaise aussi bien physique que moral. Un regard baissé ou simplement fuyant, un geste ou une attitude embarrassée me signalait immédiatement la souffrance ou le désespoir ou même parfois la honte. Tous ces sentiments ayant souvent un seul dénominateur commun : la pauvreté.
 En ce qui me concernait un seul sentiment troublait encore ma conscience : le remord ; mais je m’en accommodais. C’était ma punition pour avoir abandonné ma petite fille et je l’acceptais.
Pour me faire pardonner, même si je savais que c’était impardonnable, je me consacrais passionnément à cette nouvelle mission.
J’avais pu me rendre compte que j’établissais plus facilement un rapport de confiance avec les enfants qu’avec les adultes. Leurs regards tellement sérieux ou tristes s’illuminaient devant le moindre cadeau. Parfois pour une simple sucette et ils me sautaient au cou. Mon cœur fondait d’émotion et de compassion.
Je décidais de me consacrer plus particulièrement à eux tant que j’en aurai la force. J’étais libre de mon temps, sans charge et sans attache. Je n’avais à m’occuper de personne d’autre et personne d’autre n’avait besoin de ma présence.
De la même façon que je veillais sur les enfants malades au Niger je me dévouais pour les enfants du Restos-du-Cœur.
Quand je leur ai dit que je m’appelais Juliette, je suis devenue Juju pour eux tout simplement.
Pendant que les collègues bénévoles s’occupent des parents ( le plus souvent isolés) je prends en charge leurs enfants m’occupant de leurs besoins, leurs distractions. Les « Restos » fournissent les fournitures scolaires et j’ai installé une grande table où les enfants qui le souhaitent peuvent dessiner ou faire leurs devoirs aidés par une bénévole ancienne institutrice.
Les rires, les jeux et l’attention que l’on leur porte sont de bons remèdes. Ils en ont autant besoin que de nourriture.
Mon mari l’affirmait souvent et prenait le temps chaque fois qu’il le pouvait d’écouter ses malades et partager un instant avec les enfants.  Je me dis que c’est lui qui a guidé mes pas jusqu’ici.
Ma vie se déroulait sereine et bien remplie. Je ne demandais rien de plus. Mes journées s’écoulaient selon un ordre bien établi que rien ne venait bousculer.
Que rien ne devait bousculer !