devoir de Lakevio du Goût_70.jpg


Que diable fait elle là ?
Qu’est-il arrivé ?
Qu’attend-elle ?
Attend-elle seulement quelque chose ?
J’espère savoir ce que vous en avez pensé lundi.
J’espère évidemment avoir quelque chose à vous en dire…

Que je vous explique: 

Il y a trois mois , j'ai emménagé dans cet immeuble. Je suis parvenue après de multiples recherches infructueuses à obtenir l'appartement du quatrième et j'en étais ravie.

L'immeuble est calme et j'apprécie.  Evidemment j'ai moins aimé le fait qu'il n'y ait pas d'ascenseur, jusqu'à ce que je croise le locataire du troisième.

Mon dieu qu'il est beau , avec ses yeux bleus et sa chevelure brune toute bouclée. Nous nous sommes plusieurs fois croisés sur son palier : lui qui entrait chez lui et moi qui descendait ma poubelle. Il m'a jeté un timide bonjour avant de s'engouffrer dans son appartement. Inutile de vous dire que j'ai bien noté l'heure et que, comme par hasard je descend ma poubelle toujours à la même heure.

De timides bonsoirs en moins timides bonsoirs, nous en sommes arrivés à échanger quelques paroles.

Avec sa tronche d'agelot il m'a attendrie en me confiant qu'il était seul et n'avait pas de famille. Trop timide de nature il ne parvenait pas à se faire d'amis car il était nouveau dans la capitale. 

Alors, que voulez-vous? Après avoir écouté ses tristes confidences, je me suis dit que je devais faire quelques chose pour ce pauvre esseulé.

Ce soir, curieusement, je ne l'ai pas vu en descendant ma poubelle, Je suis donc remontée et munie de deux coupes et d'une bouteille de champagne j'ai attendu de mon palier son arrivée. Je dis bien de mon palier , je n'allais quand-même pas l'attendre devant sa porte, je préférais le surprendre!

Ah! ça! pour le surprendre, je l'ai supris. Je l'ai entendu grimper les escaliers et .... oh! surprise, il n'était pas seul! De mon point d'observation je l'ai vu ouvrir sa porte et attirer la jeune femme contre lui en lui plaquant sur la bouche un baiser ...disons...impérieux!  Elle a gloussé comme une idiote et... bien sûr, la porte s'est refermée sur eux!

Où est-il passé mon timide angelot ? De l'étage au dessus, appuyée à la rampe j'en suis restée comme deux ronds de flan!

Les jambes m'en sont tombées (oui, je sais, on dit plutôt les bras m'en sont tombés) mais là, se sont mes jambes qui ont pensé que je serais aussi bien assise sur les marches parce-que , les bras tenaient le champagne et les verres! 

Je n'allais pas, en plus, casser les verres et gaspiller le champagne!

Finalement, je suis bien assise là : allez! Voyons si le caviste m'a bien conseillée, une petite coupe à ma santé... hum! une autre pour être sûre... pas mauvais! Bof! jamais deux sans trois ... ah! oui! il est vraiment bon!   

Quel connard ! Il ne sait pas ce qu'il a râté ... Bon! il ne pouvait pas savoir , mais ...quel connard quand-même, c'était bien la peine qu'il me fasse ses yeux de chat qui pisse dans la braise !    Allez, encore une coupe à sa santé ....

Oooooh !  Pourquoi ça tangue quand je veux me lever pour entrer chez moi.... je crois que je suis mieux assise pour finir cette bouteille  que je ne peux décemment laisser perdre : le champagne une fois ouvert ne se conserve pas... 

Ca ne fait rien ! Quand je pense que je vais devoir ma première cuite à ce connard .... j'ai envie de pleurer... ou de rire... de rire... de rire....