27 septembre 2021

La demande...

devoir de Lakevio du Goût_98.jpg

Que diable Bazille est-il en train de dire à Camille ?
Cette toile de Monet, dite « Les promeneurs » me pousse à me demander pourquoi Camille semble se détourner de Bazille.
Et Bazille ? Pourquoi semble-t-il faire tant d’efforts pour être convaincant ?
Vous vous demandez ce qu’il dit et je me demande où il veut en venir mais lundi nous en saurons peut-être plus…
Ah ! Que je vous dise, lectrices chéries et lecteurs non moins chéris.
Dites moi si vous avez fait le devoir parce que je suis flemmard et chaque lundi je pars à la pêche sur le web avec l’espoir de ne pas avoir oublier de ramasser une copie !
Alors je vous en prie, dites moi si vous avez fait le devoir.

 

La demande...

 Bazille :

Camille, je vous en prie, écoutez moi. Permettez que je vous offre mon bras, vous risquez de tomber sur ce chemin inégal! Appuyez vous sur moi ainsi que je voudrais que vous le fassiez toujours!  Vous savez combien je vous suis attaché depuis ces dernières années et que mon voeu le plus cher a toujours été de vous épouser.  Si celà n'avait tenu qu'à moi il y a longtemps que j' aurai demandé votre main mais maman ne voulait pas. Elle menaçait de me déshériter car elle voyait notre union comme une mésalliance puisque vous ne faite pas partie de la noblesse. Celà ne me gênait pourtant  pas le moins du monde, il y a tant de noblesse dans votre personne qu'un particule ne vous aurait pas rendue plus séduisante à mes yeux.

Je viens aujourd'hui mettre mon nom et mon chateau à vous pieds puisque, ainsi que vous ne devez pas l'ignorer ma chère mère est décédée et ne peut plus faire obstacle à notre bohneur si vous le voulez bien.

 

La demande

 

Camille. (en elle-même)

Ah! Oui!  Mère ne veut pas! Mère menace de me déshériter...et gna gna gna... 

.Pauvre Bazille!  Quand je voyais  Madame La Baronne avec ses grands airs recevoir son notaire (mon père) lorsqu'elle l'avait convoqué, en voyant son benêt de fils, je me suis toujours dit: quelle dégaine ce pauvre Monsieur le comte! Il ne doit pas rigoler toujours avec une mère pareille!  J'étais bien plus jeune alors mais je voyais bien qu'il me lorgnait. Bon! Entre-nous, il n'a jamais eu l'air d'avoir inventé le fil à couper le beurre, mais... le chateau...Ah!!!!  Le chateau !!!!  Alors j'ai toujours joué la jeune fille rougissante et timide tout en lui lançant un regard lourd de promesse...juste ce qu'il faut car je le voyais bien se languir!

J'ai été très patiente, vraiment très patiente. Bon! Justin, le fils du pharmacien m'a bien aidée en douce à patienter, mais je n'ai jamais jamais perdu mon but de vue! Et...j'y suis! Enfin!

Bazille.

Mais... Vous restez silencieuse... ai-je mal interprété vos regards? Ma très chère Camille...ah! répondez moi vite... voulez-vous faire de moi le plus heureux des hommes en devenant ma Comtesse? Puis-aller voir votre père et demander votre main?

Camille.

Pardon Monsieur le Comte, c'est l'émotion qui me rend muette!  Je me sens tellement honorée par votre demande, tellement flattée et émue..Oui! Vraiment oui , j'accepte avec joie , allons sans tarder voir mon père qui, je le pense , ne souhaitant que mon bonheur avant tout, acceptera notre union..

Mon cher  bazille, donnez moi votre bras et rentrons de ce pas lui annoncer la merveilleuse nouvelle.

 

Camille (en elle-même)

Evidemment que mon père va être d'accord! Sa fille Comtesse!   Il va jubiler!.  

Pour ma part, il va falloir que j'explique la chose avec tact à Justin, mais bon! nous ne sommes pas mariés non plus! Et puis, rien ne nous empêchera de continuer à nous voir, nous avons toujours été très discrets, on continuera....je l'espère, parce-que, le gringalet de Comte.... il faudra que j'y aille doucement, j'aurai trop peur de le casser, ça ne doit pas être un foudre de guerre !

 

Posté par emiliacelina à 06:00 - Commentaires [7] - Permalien [#]

18 septembre 2021

Pensées moroses...

DSepuis pas mal de temps je reconnais que je délaisse beaucoup mon blog. 

Pas trop de chose à raconter. Quelques séjours à Soulac comme la semaine passée. C'était l'ouverture de la chasse le dimanche . Journée sympathique puisque elle s'est passée chez  le fiston.

Je suis rentrée mercredi car je voulais aller voir ma belle soeur.( J'y vais souvent).  La décision est prise on l'opère du cerveau (tumeur qui évoue trop vite). et elle a très peur. Moi aussi pour elle mais il n'y a pas le choix. Elle a déjà quelques symptomes et sinon  la paralysie la guette. On ne peut pas lui garantir ce que seront les suites....

Journée de l'intervention mercredi.  Je ne parviens pas trop à penser à autre chose

Je vous souhaite un bon dimanche.

 

 

Posté par emiliacelina à 20:42 - Commentaires [9] - Permalien [#]
13 septembre 2021

 

 

vendredi, 10 septembre 2021

96ème devoir de Lakevio du Goût

rentrée des classes.jpeg

Ce matin, j’ai été distrait par les piaillements des enfants qui entraient au collège en face de chez nous.
Je les ai regardés.
Des souvenirs sont revenus.
Et vous ?
Une rentrée des classes vous a-t-elle particulièrement marqué.
J’espère qu’on en saura plus lundi.

Je crois que c'est la première fois que je programme mon devoir dès le vendredi !  

J'adore l'image proposée par Mr Le Goût. Elle me fait penser à toutes les rentrées de classes que j'ai vécues. 
Elle me donne aussi l'occasion de tricher un peu mais ce sujet me fait revenir sur le passage que j'avais écrit lorsque j'avais écrit notre histoire dans mes début sur mon blog  ...c'est trop tentant .... hop ! Copier coller : Ben quoi ? C'est aussi jouer non ?

 

Bref ! Lorsque l’on donne le jour à ses enfants, on se focalise avant tout sur leur bien-être et l’on se dit : l’an prochain, l’aîné ira à l’école, le second sera propre et le petit dernier commencera à marcher. On attend toujours quelque chose, pressée de les voir grandir. Grave erreur ! Vous vous en rendez-compte lorsque vous conduisez votre petit dernier, votre bébé, pour son premier jour de maternelle. Pour lui, tout se passe bien, il est si souvent venu avec vous accompagner ses frères à l’école, qu’il attendait ce jour impatiemment, tout fier de pouvoir y aller à son tour. Mais vous ! Vous vous retrouvez devant le portail fermé, après avoir laissé votre petit bout- de- chou qui n’en menait quand- même pas large, à la charge de sa maîtresse, sans vous décider à rentrer chez vous. Vous pensiez qu’enfin, sans enfant à surveiller, vous alliez pouvoir vous atteler au nettoyage à fond d’avant l’hiver. La maison allait briller comme un sou neuf ! Eh ! bien ! Pas du tout ! Dans la maison vide et trop silencieuse, vous surveillez les aiguilles de la pendule qui semblent avancer au ralenti. Eh ! bien ! Pas du tout ! Dans la maison vide et trop silencieuse, vous surveillez les aiguilles de la pendule qui semblent avancer au ralenti. Puis, vous vous retrouvez devant l’école avec une bonne demi-heurd’avance, pour récupérer votre progéniture. Vous n’êtes d’ailleurs pas seule. Vous êtes en compagnie des autres mamans, qui comme vous, déclarent d’un air pénétré : cet après-midi, je garde mon enfant à la maison, il doit être fatigué ! De toutes- façons, on leur fait faire la sieste, autant qu’il  dorme dans son  lit ! Et vous rentrez chez vous, avec au moins, le dernier de vos poussins, en attendant seize- heures- trente pour récupérer la couvée complète. Il vous faudra bien deux semaines pour vous habituer. Ce ne sont plus vos bébés, ce sont vos enfants et ils grandissent vite, trop vite !

Si vous êtes jeunes mamans et que vous lisez ces lignes, croyez en mon expérience. Voir ses enfants s’éveiller un peu plus chaque jour, est un grand bonheur, ne soyez pas trop pressées de les voir grandir ! Le temps passe si vite !

 

Posté par emiliacelina à 06:00 - Commentaires [12] - Permalien [#]