18 avril 2022

Le ciel est avec moi !

La toilette_Miller.jpg

Ne dites rien, je sais...
Les rousses, les peaux claires, le Goût et gnagnagna « et patin et couffin » comme disait la mère de mon père.
Mais cette toile de Richard Miller me parle.
Et à vous ?
Vous dit-elle quelque chose ?
Nous devrions tous en savoir quelque chose lundi…

 

Ces deux derniers jours  ont été tellement ensoleillés qu'il n'en a pas fallu plus pour que l'on se retrouve en famille comme aux heureux jours de l'été. Résultat,: impossible de m'isoler pour faire le devoir de la semaine : d'ailleurs, hein? Je signale au prof que c'est les vacances! Mais bon! C'est lui qui commande.  Donc, le soir , j'étais trop fatiguée pour m'y coller. Mais une fatigue pleine de plaisir , de rire, de chahut pour les plus jeunes...Bref! Tout ce qui fait un bien fou!

Donc, voyons un peu ce que cette toile peut m'inspirer!

Bon! Je bavarde, je bavarde, parce-que pour dire vrai je n'en ai pas la moindre idée !

Je signale, avant de commencer que je m'abstiens de toute réflexion .. pas de gnagnagna ni ,.. non! non! rien du tout! Mais, ceci dit : je n'en pense pas moins ! :)

 

Le ciel est avec moi !

 

Comment vais-je faire! Je suis défigurée! Vous vous rendez compte ! Je suis maudite !

Evidemment , il est hors de question que j'y aille comme je l'ai prévu en arborrant un décolleté généreux. J'enrage! C'est ce que j'ai de plus joli. En relevant mes cheveux pour dégager la perfection de la ligne mon cou ... J'avais tous les atouts en main pour lui plaire. Depuis le temps que j'attendais l'occasion de le rencontrer...  J'ai été folle de joie lorsque mon père  a annoncé que son patron venez souper chez nous avec sa femme et qu'il fallait ajouter un couvert car leur fils les accompagnerait.

... et me voilà avec un énorme bouton sur le nez!  Saleté de moustique! Un seul moustique suffit pour me défigurer, impossible de le camouffler, on ne voit que ça! J'ai la peau tellement claire que je les attire ces sales bestioles...mais , pas aujourd'hui! Je n'ai vraiment pas de chance... j'en pleurerai!

... ma mère m'appelle...Tête basse, j'ai l'impression d'aller à l'abattoir! 

Au sortir de ma chambre, ma mère me  glisse: ma chérie, ne montre pas de surprise en voyant leur fils. Sa mère m'a dit  qu'une guêpe l'a piqué alors qu'il est allergique à toute piqûre d'insecte.Il ne voulait pas venir mais ses parents ont pensé que ce serait mal élevé de se décommander au dernier moment, alors, reste naturelle, parce-que, vraiment, le pauvre garçon est complètement défiguré! Il peut à peine ouvrir les yeux!

CHIC ! Le ciel est avec moi !   Heuuu ! oh! le pauvre...mais... un contre un... ça devrait le faire !

 

 

 

Posté par emiliacelina à 14:11 - Commentaires [5] - Permalien [#]

11 avril 2022

L'escalier de mon enfance.

vendredi, 08 avril 2022

120ème Devoir de Lakevio du Goût

Devoir de Lakevio du Goût_120.jpg

120ème Devoir de Lakevio du Goût
Hopper prétend que cet escalier se trouve au 48 rue de Lille, à Paris.
Je n’en suis pas si sûr.
Je connais trop bien cet escalier pour croire Edward Hopper sur parole.
Mais vous, le croyez-vous ?
Qu’en dites-vous ?
J’espere en savoir plus lundi

 

L'escalier de fortune...

Oups!  Je me rends compte tout  d(un coup que, si j'avais bien enregistré le sujet et la photo du devoir de Lakévio de Goût... je l'ai ensuite complètement zapé ! 

Donc, alors que ce dimanche soir à 19 heures 41 tous en écoutant le résultat des élections, ça me revient tout d'un coup !

 

 Cela n'a sûrement aucun rapport  car je n'ai jamais vécu en appartement et encore moins à un étage quelconque mais cet escalier me fait penser à un autre escalier.

Durant mon enfance, une trappe de noutre maison permettait de descendre à la cave. Cave sombre ,et seulement  éclairée par un soupirail qui donnait sur la rue. 

Nous avions une cuisinière à charbon. La bonne vieille cuisinière avec ss réserve d'eau chaude que l'on "tirait" par un petit robinet et sur laquelle mijotait toujours une sauce ou soupe..

 Le charbon se trouvait donc à la cave et il fallait y descendre pour remplir le seau de charbon ou gaillette (?) et le soir ce rôle m'était dévolu. J'avais horreur de ça (pourquoi pas plutôt mes frères plus agés que moi !))? C'est je pense pourquoi lorsqu arrivait le mercredi mon tablier se trouvait vite sali ! D'autant plus qu'il fallait que je rallume la cuisinière le matin ! Je n'en avais un propre que le lundi!

L'escalier de fortune de la cave en plus d'être sombre était abrupt et n'avait pas toutes ses marches...en bois les marches .Je ne me souviens plus d'en avoir vu, mais j'étais persuadée que s'y cachaient de nombreuses et dangereuses araignées.   Par contre je me souviens bien que mon père y avait un établi avec une roue pour aiguiser les couteaux .... 

La trappe que dans l'angle de la cuisine il fallait soulever n'avait pas de fermeture, il fallait donc la soulever puis l'appuyer contre le mur avant de descendre. Je me demande encore comment elle ne m'est pas tombéesur la tronche. Question de chance car je l'ai souvent vu tomber mais jamais sur qu'elqu'un!

Voilà, c'est à cet escalier que le devoir d'aujourd'hui me fait penser. 

 

 

Posté par emiliacelina à 06:00 - Commentaires [5] - Permalien [#]
04 avril 2022

Devoir de Lakevio du Goût_118.jpg

Qu’est-ce qui les met de si joyeuse humeur ?
Je vous dirai lundi ce que j’en pense.
J’espère surtout lire ce que vous en pensez…

À lundi donc…

 Histoire de courges...

Je ris à ses plaisanteries parce-que je suis bien élevée, il n'a pas vraiment le genre d'humour que j'apprécie. En plus, je vois bien qu'il pense à tout autre chose....

Pas moi !  Peut-être que devant la beauté du paysage.... avec quelqu'un d'autre... Mais, là, non parce-que voyez -vous , je ne peux m'empêcher de lorgner sur le panier de courges... D'accord! Il est le fils chéri du plus gros cultivateur de courges de la région : des hectares et des hectares de courges, je parie qu'il en offre à toutes ses conquêtes! Serait-il radin ? C'est moins cher qu'un bouquet de fleurs!

Bref! Nous avons grignoté, Il a fait honneur à la bouteille de vin : basique le vin , pas un grand cru, même pas un vrai Chardonnet ! Il aurait du s'abstenir, le vin lui donne de l'audace, il se croit sûr de son coup!

Comment vais-je me dépétrer de cette situation sans trop le vexer ? Je ne voudrais pas que son égo en souffre trop et qu'il me laisse en plan., nous sommes quand-même à 60 kilomètres de chez moi. Mais aussi, pourquoi, pourquoi n'a -t-il pas pris plutôt la route qui mène à l'océan ? 

Peut-être que vous vous posez la question : Pourquoi l'a-t-elle suivi ? il n'a pas l'air de l'intéresser !

C'est très simple, les copines ont bavé d'envie lorsqu'il est passé me prendre sur la place du village où nous avions rendez-vous... et déjà, ça, pour moi c'est jubilatoire ! Ensuite, j'avais très ... mais vraiment très envie de faire une balade  dans sa rutilante Jaguar ...  La voiture ne m'a pas déçue,...

Pour le reste... bof ! Finalement je vais lui demander de me ramener parce-que j'ai un soudain mal de tête... 

Il n'en revient pas! Ca n'a pas du lui arriver souvent d'essuyer un refus. Je suis fan  de Charles Aznavour et de sa chanson "TROUSSE CHEMISE", quoique, peut-être,  s'il m'avait enmenée en bordure de l'océan, avec une bouteille de  vrai Chardonnet...peut-être ...

...Et puis non ! Parce -que  .... il faut reconnaître qu'il joue de malchance parce-que, moi, - JE CONNAIS LA CHANSON !

 Ce n'est pas avec le roi de la courge que je conjuguerai le verbe aimer son prochain !

Posté par emiliacelina à 06:00 - Commentaires [9] - Permalien [#]