10 octobre 2017

blog pour un temps : négligé !

Pour le moment , pas de nouvelles notes de prévue. 

Ne soyez pas inquiets(tes). Pas trop le temps de pianoter . Trop occupée et la tête prise par cette époque (durant tout le mois) par les examens de Robert.

Alors , je dirai, que comme d'habitude je suis plutôt "un peu inservable" !

Mais je vous lirai ... tous(tes) ! 

Posté par emiliacelina à 07:53 - Commentaires [6] - Permalien [#]

09 octobre 2017

Vive la fuite !

 

 Petit devoir de la semaine chez Lakévio.

Pas mal occupée cette semaine  Pas trop de temps!

117171247

 

Bon! Voilà!

Je lui avais bien dit au fiston de m'avertir quand il amene une conquête chez lui!

D'ailleurs sa clef  je ne tenais pas à l'avoir. C'est lui qui a voulu pour que je passe même en son absence prendre son linge pour le laver et bien sûr le repasser.

Je sais, je l'ai très mal habitué. Je suis de la vieille école.

Je lui fais même un peu de ménage. Il trouve que faire son lit le matin est vraiment inutile puisqu'il va le redéfaire le soir pour se coucher!

Bref!... Vous voyez le genre! La panière à linge est par contre vraiment impeccable... pour cause : il ne s'en sert pesque jamais!  Les chaussettes et ... le reste  s'éparpillent de la chambre à la salle de bain .

Aujourd'hui, mon œil a été attiré dès mon entrée dans l'appartement par les vêtements jetés en vrac sur le fauteuil à gauche de la porte d'entrée de la chambre! 

J'en suis sûre cette robe bleue n'appartient pas à mon fils!

Vite je fais marche arrière... je ferme la porte d'entrée en douceur et me sauve en silence! 

Le ménage attendra ! 

 

 

 

 

Posté par emiliacelina à 07:00 - Commentaires [6] - Permalien [#]
02 octobre 2017

Albertine et Josiane

Avez-vous remarqué que depuis la rentrée nous sommes passés(ées) dans la classe supérieure?

La prof (Mme Lakévio) nous donne devoirs avec des indications précises quand au début et la fin du devoir.

Les choses deviennent sérieuses !

117171232

 

Ça a débuté comme ça...

Je ne pouvais quitter des yeux dans la vitrine de la petite bijouterie de la commune cette jolie "bague d'amour". Un anneau surmonté d'un rond d'or jaune au contours ciselés avec en son centre un + en éclats de diamant scintillant et un - en rubis . Cette bague symbolisait tout ce que je n'avais pas osé encore dire à Albertine: Je t'aime plus qu'hier et bien moins que demain.

Je suis entré dans le magasin je l'ai achetée et j'ai filé chez Albertine sans réfléchir tant que j'en avais le courage!

Trois mois plus tard nous étions mariés. Durant ces trente dernières années la bague n'a jamais quitté son doigt.

Trente ans d'un mariage heureux, trois enfants...  qui n'ont pas tardé dès leur majorité à nous quitter pour aller vivre à la ville. Nous avons compris leurs refus de rester vivre dans notre petite commune rurale. Ils n'avaient pas poursuivi des études pour se retrouver à garder les vaches.

Quoique ce soit bien grâce aux vaches et à la laiterie qu'ils ont pû les faire leurs fameuses études ! 

Grâce à nos bonnes et belles laitières qu'ils ont pû fréquenter la jeunesse dorée de la ville d'à côté et  rencontrer tous les trois une jeune-fille de bonne famille et  l'épouser. 

Nous n'avons pas eu besoin de nous soucier de l'organisation de leurs mariages, (leurs exigeance nous faisaient un peu tourner la tête) nous nous sommes contentés de signer les chèques de bon cœur heureux de leur bonheur. 

Ma pauvre Albertine était bien malheureuse de ne pas les voir très souvent, nos belles-filles trouvent que l'odeur du fumier les incommode. 

Le plus difficile étaient de ne pas voir (ou très rarement) nos petits enfants. Une visite l'an pour venir nous souhaiter la bonne année et surtout chercher leurs étrennes était loin de nous permettre de tisser des liens avec eux comme nous l'aurions rêvé! 

Lorsque le destin m'a enlevé Albertine elle est partie pour le cimetière avec sa bague au doigt. D'ailleurs pour la lui enlever il aurait fallu la couper et je n'ai pas voulu. Elle l'avait bien méritée et personne d'autre ne la porterai jamais.

Dès le retour des obsèques mes fils et leurs épouses ont proposé de me trouver une maison de retraite où l'on s'occuperait bien de moi.

Non, mais! Qu'est-ce qu'ils croyaient ?

A cinquante cinq ans, je n'allait quand-même pas partir chez les vieux ! 

Et mes vaches ? Ils y pensaient à mes vaches ?  Pourquoi pas les envoyer à l'abattoir ?

J'ai vu rouge ! Le ton a monté! Ils sont partis en claquant la porte.

J'ai appris à vivre seul. 

Puis, la solitude m'a semblé trop lourde. J'ai commencé participer aux voyages et repas  organisés par la commune.

J'y ai rencontré Josiane. Elle était veuve, d'une bonne compagnie, a du cœur à l'ouvrage, est d'humeur égale et peu à peu un sentiment de tendresse nous a réunis.

Je l'ai épousée au grand dam de mes enfants qui sont venus pour me morigéner. Devant ma décision bien arrêtée ils ont refusé d'assister à la petite cérémonie et s'en sont pris méchamment à Josiane .

Nous avons fait de nos deux solitudes une vie tranquille et sereine durant ving-cinq ans.

Puis à son tour Josiane m'a quitté pour, comme on dit, un monde meilleur.

Cloué au lit par un méchant lumbago, je n'ai pas pû l'accompagner à sa dernière demeure... j'ai interdit que l'on lui enlève son alliance , elle a été une bonne épouse. je lui rendrai visite dès que je tiendrai debout .

Je visiterai lors d'une même visite Abertine et Josiane.  

Elle l'a bien mérité parce-que les enfants ne se sont pas dérangés pour les obsèques.

En fait, Mme Polant déléguée par la voisine avait seule suivi le corbillard.

 

 

 

 

Posté par emiliacelina à 07:00 - Commentaires [29] - Permalien [#]
28 septembre 2017

Y a-t-il une petite souris pour les grands?

A l'âge que j'ai, je suis sûre que je ne suis pas la seule à avoir un appareil dentaire.

Dernièrement lorsque Robert a dû être anesthésié pour subir un examen, l'infirmière lui a dit: 

- "Sortez votre appareil monsieur".

- Mais, je n'en ai pas , ce sont mes dents !Elle doutait à la limite de vérfier. Je suis intervenue pour confirmer, pour un peu elle aurait tenté de tirer sur ses dents pour être sûre.

Bon! Ce n'était pas le sujet de ma note. C'était juste pour dire que je ne suis pas comme lui.Je n'ai pas cette chance.

La semaine dernière en mangeant j'ai ressenti un truc bizarre.

En fait j'ai tout simplement avalé une de mes   dents ! (enfin quand je dis de "mes" dents!!!) surtout une de celles qui m'ont coûté cher !

Je devrai dire qu'elle s'est "décollée? dessertie? " 

Bref! Combler le trou occasionné ne sera pas douloureux... pour cause !

Mais je me demande , comment  vais-je  faire pour que la petite souris passe ?  

Vous avez une idée ? ...

Non !  Ne dites rien!!!!!!!!

 

 

a28464ec

 

 

 

 

Posté par emiliacelina à 20:40 - Commentaires [15] - Permalien [#]
25 septembre 2017

Je vais me battre !

Que de grisaille dans le sujet de Lakévio ! 

 

117171124

 

Mais qu'est-ce que je fais au centre de cette toile ? 

On voit bien que je hâte le pas. 

Il fait gris, l'air est humide et les passants semblent des ombres noires pressées de rentrer chez elles.

Malgré mon pas alerte, ce n'est pas mon cas. Je n'ai pas hâte de rentrer chez moi. Je peux même dire que je n'en ai pas envie.Mon humeur est en accord avec les couleurs du temps c'est dire !

Cet après-midi j'avais rendez-vous avec mon spécialiste qui avait reçu le résultat de mes analyses. Je savais bien que quelque chose clochait, depuis un bon moment  je me sentais fatiguée, très fatiguée et j'avais perdu beaucoup de poids.

Je m'attendais donc à une mauvaise nouvelle... mais pas à ce point !

Il faut que je traîne avant de rentrer à la maison. Je dirai que le métro avait du retard. J'ai besoin de "digérer" de réfléchir ... d'accepter l'idée.

J'ai mal. Pas tellement physiquement, je me sens juste tellement lasse. Mais mal en "dedans". J'ai envie de crier, de hurler, de  pleurer à m'enfendre l'âme! J'en veux à la terre entière!

Il faut que je me calme. Claire et Sophie m'attendent à la maison. Pierre aussi , mais lui, c'est un homme : il est fort.

Je ne dirai rien ce soir. Je suis sous le choc je ne sais pas comment leur dire que je ne serai plus auprès d'elles au prochain automne. Que je ne les verrai pas grandir, puis être amoureuses  ou les consoler pour leurs premiers chagrins d'amour ou encore assister à leurs mariages.

Je sais , je pourrai leur dire que je serai toujours auprès d'elles, que de là-haut je veilllerai sur elles avec tout mon amour.... mais, ça... c'est dans les films!

La vérité c'est que je ne serai plus là. Plus du tout. Il faudra que Pierre assume. Peut-être trouvera-t-il une autre femme pour l'aider. 

C'est pareil : dans les films la mère souhaite de tout son cœur qu'une autre la remplace: une merveilleuse belle-mère pour ses enfants et compagne pour son mari. Comment fait-elle ?

Moi, je ne le veux pas! Ce sont Mes filles à moi! C'est mon mari à moi ! Rien que l'idée me bouleverse! 

Devant moi, le feuilles des arbres jaunissent et résonnent dans mon  esprit ces mots d'une chanson que ma mère chantait et qui m'impressionnaient (peut-être une prémonition) :

"La chanson finissait ainsi:

Et vous feuilles des bois que l'automne a jaunies

Ne tombez pas encore

Je ne veux pas mourir !!!"

 

Alors...  Moi, Je vais me battre !!!!

 

 

 

 

 

 

 

Posté par emiliacelina à 09:16 - Commentaires [36] - Permalien [#]

22 septembre 2017

Ecrire sur soi ...

 Vous savez, que depuis pas mal de temps je me plonge avec délice dans mes souvenirs familiaux. 

Chaque membre de notre famille a eu droit à ses quelques pages et peut-être qu'après les avoir relues et sûrement retravaillées et surtout corrigées je les ferai imprimer .

Pourquoi pas sous forme d'un livre. Les enfants avaient adoré le premier. 

Le "hic" c'est qu'après avoir passé chacun au fil de ma "plume" je ne peux pas faire l'impasse sur moi -même et ça... c'est une autre histoire.

Pourtant finalement j'ai trouvé que c'était plutôt amusant bien que moins facile que de parler de mes enfants, petits-enfants .et même, arrière-petites-filles.....

Essayez de parler de vous-même, vous verrez, c'est encore plus compliqué que le devoir de Lakévio 

En attendant ça vous fait un peu de lecture avant lundi !

 

 

    Et moi ?

 

 

 

 

Eh ! bien , heu …

En ce qui me concerne, cette partie va, je le crains, être plutôt courte !

 Essayez d’imaginer que vous deviez parler de vous-même !

Ce n’est pas vraiment évident !

Que dire ?...

 Que je suis : je devrais dire que j’ai été la championne des chutes. Avec l’âge je suis devenue beaucoup plus prudente et moins impulsive ! 

Les marches d’escaliers … c’est traître ! Vous pensez qu’il n’en reste plus à descendre alors que vous en êtes seulement à l’avant…avant  … avant  dernière ce qui vous doit de les dévaller en tentant désespérément de vous rattrapper en battant des bras tel un oiseau qui prend vigoureusement son vol (la légèreté en moins) et envoie valser alentours toutes les piles de papier soigneusement rangées et triées par Eric qui venait de les couper au massicot.

J’avais ainsi parcouru plusieurs mètres, la tête en avant, cherchant désespérement à rétablir mon équilibre devant les yeux ébahis de nos garçons qui n’ont même pas eu le temps de réagir pour me rattraper !

Mais, au final, je ne me suis pas étalée, la machine offset m’a arrêtée.

Ce souvenir (et il n’est pas le seul sur le sujet) les amuse encore.

Il n’est pas rare lorsqu’il faut descendre ne fusse que deux ou trois marches que l’un ou l’autre m’avertisse :

-« Fais gaffe , Maman, il y a des marches  » !                                                    

Je suis aussi, souvent la championne du quiproquo:

Au cours d’un repas familial, d’une conversation ….. il m’arrive fréquemment de m’absenter un instant pour  faire un tour à la cuisine  (ou autre chose) . Je tends donc l’oreille au maximum pour ne pas perdre le fil de la discusion  (tout ce qui se dit à ma table m’intéresse fortement) mais… mon ouie commence à me jouer des tours : je n’entends plus comme avant.

Alors, parfois, (souvent) je reviens m’asseoir et je reprends  la conversation sur le sujet que je suppose être toujours le même..

Sauf …que … entretemps, il y a belle lurette que la tablée a changé d’intérêt et mes paroles n’ont absolument plus aucun rapport  avec le sujet initial et paraissent  au minimum parfaitement  incongrues !

S’ensuit un court silence avant que la tablée ne s’esclaffe bruyamment !

J’ai vu Lydie et Mumu pleurer de rire tellement ma phrase était comique sortie de son contexte !

Et je ne parle pas de fous-rires de vous tous !

Je n’utilise pas toujours l’outil ou l’ustensile qui convient pour faire les choses.

Je taille les fleurs avec les ciseaux plutôt qu’avec  le sécateur…

Mumu m’a eu vue servir la soupe au vermicelle avec une écumoire, trancher viande ou gateau aux ciseaux et tenter de servie des spaghettis à la cuillère…. Bref, j’ai tendance à utiliser ce qui me tombe sous la main en premier !

Je dis souvent :

-      Oui…. Mais… non !

-       Non ! Mais …enfin…si !

-       Ce n’est pas de ma faute !

-        Non ! Je ne suis pas CHAUVINE !

-        J’aurais dû….  Mais …

-        Je peux t’aider ?

Jordan m’a fait remarquer dernièrement que j’ai réalisé le tour de force d’utiliser dans la même phrase :

-        «  mais …non ! Mais …non  !

Mais…si !…mais   si !… mais  ……..…oui ! »

Je questionne souvent mes enfants ou petits-enfants.

-        Tu vas où ?

-        Avec qui ?

-        Pourquoi ?

-        Comment ?

-        Quand ?

Mais on n’est pas obligé de me répondre ! Enfin, pas toujours !!

Ce n’est pas de la simple curiosité c’est juste de l’intérêt pour tout ce qui leur arrive.

Ça me rassure.

Lorsque j’ai commencé à avoir des cheveux blancs, je les ai d’abord cachés avec des couleurs, puis des mèches … puis je les ai gardés lorsqu’il sont devenus gris pour terminer par laisser la nature faire son œuvre et me voici blanchie !

Ça ne me rajeunit pas !

Je n’y peux rien : soixante - quinze ans, ça ne pardonne pas … mais on n’a pas le choix. Les années s’ajoutent et le poids des ans se fait sentir … vous verrez !!!!!!

Les cinquante - cinq dernières années m’ont vue mère, grand-mère et arrière grand-mère avant tout !

J’ai partagé vos peines et vos soucis et j’ai fait miens tous vos bonheurs.

Les choses restent les mêmes …

Et moi … il est bien trop tard pour que je change !

C’est ma vie.

A vous tous de vivre la vôtre … et de faire en sorte qu’elle soit heureuse !

Vous avez la grande chance de faire partie de notre belle et grande famille. 

Ne laissez pas ces liens sombrer dans l’indifférence et essayez de partager les bonheurs et malheurs de chacun de vous.

 Avec les moyens de communications actuels : téléphone, internet… même l’éloignement géographique  n’est plus un problème.

Soyez indulgents avec les personnalités différentes de chacun de vous tous, l’important c’est avant tout que chacun soit heureux.

Vous verrez : ce n’est pas toujours aussi facile qu’il y parait !

 Avec le temps, la vie apporte à chacun son lot de soucis et les liens se distendent.

Vous me connaissez tous,  si bien que, parfois vous devinez ce que je vais dire pour excuser ou défendre  l’un ou l’autre  avant  même que je n’ouvre la bouche.

 On a le droit  parfois, de  faire preuve d’un peu de :  

 Chauvinisme Familial

-     Non ? 

-     Mais si ! Mais si !

Si vous le souhaitez je peux même vous donner des cours ! 

Posté par emiliacelina à 16:25 - Commentaires [13] - Permalien [#]
19 septembre 2017

D'accord... mais.....

Ouf!  Ces ouragans sont vraiment trè actifs cette année.

Pendant que le dernier a épargné la Guadeloupe et que les dégâts sont impressionnants à St Martin et St Barth ,Maria n'a pas tardé à pointer le bout de son nez.

Le soulagement ressenti dernièrement n'a pas duré longtemps. 

Evidemment nous étions inquiets dès hier et encore plus, tôt ce matin lorsque Mumu n'a plus pû joindre sa fille et que l'on a appris que Maria était niveau 5.

Hier Marine était confiante et nous envoyait des nouvelles afin de nous rassurer.

Puis,vers treize heures aujourd'hui j'ai eu le plaisir et le grand soulagement de l'avoir au téléphone. 

Tout va bien. La maison a bien tenu le coup. La petite Abby ne s'est même pas réveillée de la nuit malgré le bruit infernal de la nature déchaînée.

Comme ils sont confinés à ll'intérieur jusqu'à ce soir (environ 18 h chez nous) ils n'ont pas pû voir l'importance des dégâts à l'extérieur. Mais honnêtement ce n'est pas ce qui nous importe. le plus.

Je suis vraiment très contente et touchée qu'elle ait pris la peine de nous appeler directement alors qu'elle sait que sa mère nous tient au courant dès qu'elle a des nouvelles. Elle a jugé que de l'entendre nous rassurerait davantage. J'ai vraiment apprécié  et je suis tranquillisée.. . jusqu'à l'année prochaine vers la même époque.

La vie dans les îles est  parait-il  très agréable ....... oui...  d'accord ....mais .............

 

 

 

Posté par emiliacelina à 16:37 - Commentaires [12] - Permalien [#]
18 septembre 2017

 

Devoir de la semaine.

Pas très inspirée.

J'ai la tête ailleurs. Voilà que maiintenant "Maria" se pointe su la Guadeloupe! 

Marine nous rassure sur Facebook  : on est prêts on a les palmes et les tubas... dit-elle!

Pfffffff !!!!!!

117068200

 

Nous sommes gâtés aujourd'hui avec le sujet de la semaine. 

Il faut croire que Lakévio trouve que nous  n'avons pas assez de pluie en ce moment! 

Nous voilà avec une" image" représentant deux jeunes femmes avançant d'un pas décidé sous l'averse. 

Elles s'abritent sous un parapluie,mais quand-même! Elles ne sont chaussées que d'escarpins... et elles ont l'air de continuer leur conversation sans tenir compte de la pluie et des flaques faisant jaillir des éclabussures à chacun de leur pas!

Que peuvent-elles bien se raconter ? 

Où vont-elles d'un pas si décidé ?

Qui sont-elles ? L'une brune et l'autre blonde!

Je n'en ai aucune idée.....  j'attendrai donc demain matin pour le savoir en lisant les notes que votre imagination aura "pondues"! 

Je vous fais confiance ! 

Posté par emiliacelina à 10:05 - Commentaires [9] - Permalien [#]
12 septembre 2017

ABBY, petit manequin .....

 

 Une photo de notre petite Guadeloupéenne qui a fêté ses un an revêtue d'une des robes que je lui ai envoyées.

Sa mère râle parce-qu'elle voudrait la même!

 

IMG-20170831-WA0001

 

Aujourd'hui Jordan et sa copine ont acheté les billets pour la Guadeloupe.  Ils partirontt le sept janvier 2018

Ils veulent passer les fêtes de fin d'année avec nous!.

Pour commencer Marine les reçoit. Sa maison a un sous-sol tout équipé mis à leur disposition.

Ils partiront pour combien de temps ???????   Peut-être longtemps! Voire très longtemps!

Après le prochain printemps ce sera le tour de Jimmy . Il commencera par une visite pour voir sa sœur lui aussi, mais ensuite il a d'autres projets.

Pascal ronchonne ....... tous ses gosses fichent le camp .!  

Il trouve normal qque des gosses rêvent de voyage ...... mais les siens seront partis tous les trois !  

Un peu difficile à accepter !.....Et..... je le comprend!

 

Posté par emiliacelina à 21:14 - Commentaires [21] - Permalien [#]
11 septembre 2017

Devoir de la semaine , chez Lakévio

116881020

 

Longtemps... Je me suis couchée de bonne heure... de très bonne heure.

D'abord durant mon enfance...  rien que de très normal.

Puis même en grandissant.

En vérité, je n'ai jamais eu le choix.

Ma mère travaillait de nuit. Elle se levait vers vingt-trois heures et ne revenait que vers treize ou quatorze heure le lendemain.. Donc, elle se couchait tôt!

Et elle ne me demandait pas mon avis.

Elle se couchait... je devais me coucher!

J'ai appris très tôt à me lever seule, allumer la cuisinière et m'occuper de mon petit  frère pour le conduire à l'école avant de m'y rendre moi-même.

Comme je devais aller remplir le seau à charbon à la cave, parfois mon tablier en avait fait les frais. Je commençait la semaine toute propette mais dès qu'arrivait le mercredi.... je vous laisse imaginer!

Au fil des années, en grandissant, mon rêve était d'avoir une chambre pour moi seule. Une  comme celle de cette photo... mais à moi seule!

J'ai dormi avec ma mère jusqu'à mes dix-sept ans.  Mon père avait sa chambre. Il rentrait du travail alors que ma mère était déjà couchée et il ne voulait pas la réveiller! Mes frères avaient la troisième. 

Je ne me posais pas de questions!  En grandissant, je lui en voulais.

Elle aurait pû me réserver un peit coin à moi! Ne serait-ce qu'un lit, même petit ...mais...à moi seule !

Alors, tu vois Lakévio, quand tu veux que je termine sur : Peut-être a-t-elle un peu raison ... même avec le recul, je répond  Non !:

 J'ai trop manqué de moment d'intimité    ça m'a toujours manqué !

Jusqu'au jour où je me suis enfin mise à aimer ....partager mon lit ...  

 

 

Posté par emiliacelina à 06:00 - Commentaires [22] - Permalien [#]