13 février 2015

L'élagueur est venu....

L'élagueur est enfin venu. Nous l'attendions depuis début janvier!

Nous avons fait couper trois des cinq chênes qui se trouvent sur le côté de la maison. J'aimais beaucoup, l'été, ce coin si ombragé de nôtre jardin. Mais, à l'automne le travail de nettoyage est trop important. Les feuilles, les glands à ramasser sur le sol et qui tombent également sur une partie du toit et dans les gouttières. Même une partie du chemin privée était à nettoyer chaque année.

Cette année, Robert n'a pas pu faire ce nettoyage et c'est Pascal qui s'y est collé. 

Jusqu'à maintenant, j'avais refusé que l'on les coupe, mais, il faut bien se dire que l'an prochain Robert n'en sera sûrement pas plus capable que cette année. Il n'aime pas que son jardin ne soit pas entretenu et d'un autre côté, nous ne voulons pas imposer aux enfants de venir le faire, bien qu'ils le feraient de bon coeur. Cependant, étant à côté c'est Pascal le plus sollicité. Et, les deux arbres qui restent donneront bien assez de travail  à mon fiston, qui, je le sais, n'aime pas le jardinage!

 

SANY0007

SANY0001

 

Le bois des plus grosses branches et des troncs nous l'avons gardé pour notre voisin qui a une cheminée. 

Le reste a été broyé par la machine. Avant, Robert ramassait tous le bois et le portait à la déchetterie. Mais, çà, c'était...avant ! Il faisait un temps superbe. Le ciel était bleu sans aucun nuage et Robert s'est senti l'envie de sortir et gratouiller un peu. Son jardin est nickel et il est content. Il nous faudra semer un peu de gazon avant l'été.

Il est rentré vers dix sept heures , juste avant que la fraîcheur du soir ne tombe, un peu fatigué mais vraiment content de lui!

Je crois que ça lui a fait du bien de s'activer un peu !  

 

Posté par emiliacelina à 15:33 - Commentaires [17] - Permalien [#]

10 février 2015

Le mardi c'est... Marie!

Aujourd'hui c'est mardi. Je suis allée chercher Marie au salon de coffure.

Environ vingt minutes de route.

Sitôt montée dans la voiture , un bisou et elle enclanche!

- Bonjour mamie, la semaine prochaine je suis en vacances.

Comme d'habitude je n'ai pas le temps d'émettre un commentaire, style : ah! bien! tu vas pouvoir te reposer un peu!

qu'elle continue sur sa lancée: 

Je m'en vais une semaine dans les Pyrenées avec Tom , son père et la copine de son père! Papa a dit oui, c'est chouette!

Puis, sans reprendre son souffle:

-Tu permets Mamie , que je téléphonne à Tom, LE PAUVRE,il se fait opérer du pied aujourd'hui! LE PAUVRE ! Ça me stresse, tu te rends compte, ils vont lui faire des piqûres entre les orteils LE PAUVRE ! pour lui enlever un grain de beauté . Il va avoir des points  LE PAUVRE!

Fais donc ma chérie, il n'y a pas de problème!

La suite, c'est la conversation qui s'est échangée et que j'étais bien obligée d'entendre. Comme je n'entendais que les paroles de Marie, elle n'a quand-même pas mis le haut-parleur.... 

le plus simple est que je vous raconte la partie que j'ai entendue :

- Allo! Ç'est moi! Pourquoi tu ne m'as pas répondu, je t'ai envoyé au moins 100 messages, non! J'exagère, pas cent, mais je t'en ai envoyé deux, enfin, deux fois le même!

.... 

-Ça va ?

......

- Tu as pris ta douche à la bétadine? Et tes cheveux, comment ils sont?

.......

Là, j'ai quand-même éclaté de rire je n'ai pas vu le rapport entre un pied et ses cheveux, mais bon!

-  T'inquiète pas, je te ferai un soin quand je viendrai, parce-que , la bétadine, c'est pas bon pour les cheveux!

-Tu n'es pas stressé ? Parce-que moi, je stresse à mort! Je me suis dit: il faut que je l'appelle, parce-que si tu mourrais je culpabiliserai de ne pas l'avoir fait!

.........

Là! J'ai failli m'étouffer en retenant mes rires!

- Si ! En plus ma patonne m'a dit que en ambulatoire, il y a souvent des erreurs, il faut faire attention! ........Arrête de rire Mamie! LE PAUVRE !

.......

- Tu as du te déshabiller entièrement ? Même le caleçon ? Moi, quand je me suis faite opérer de l'oeil, j'ai pu garder ma culotte!

..........

Je vous assure, qu'à cet instant, j'ai eu un peu de mal à rester concentrée sur ma conduite !

- Bon, tu ne sentiras rien, je pense qu'ils vont te mettre le masque pour t'endormir avant de te piquer entre les orteils quand-même! Rien que d'y penser, je stresse ! Mais, si ! je stresse ! Remarque, le pied, ça doit être moins douloureux que les dents de sagesse !

.......

- Combien ? Une heure et demie ? Il leur faut tout ce temps pour enlever un grain de beauté ?

......

- A propos, on part quand ? Dimanche ou lundi ?-

........

-Bon! ...Combien ?... deux ou trois heures de route ?... On s'arrêtera pour faire pipi ? ...Ah! si ! Il faudra qu'on s'arrête une fois quand-même !

Et nous sommes arrivées à la maison. Le repas n'a pas été triste non plus, si l'on excepte que Robert a eu l'idée de lui dire que parfois, en salle d'opération, ils pourraient se tromper et lui couper le pied!

- Arrête! Papy ! Tu te rends compte, il serait handicapé, LE PAUVRE!  Je serai obligée de rester avec lui toute la vie, parce-que, s'il était handicapé, je ne pourrai JAMAIS le laisser ......Ça serait dégueu....LE PAUVRE!

Voilà! Ça ! Ç'est notre Marie !

Et.... voilà pourquoi, j'aime le mardi !

 

 

 

Posté par emiliacelina à 18:23 - Commentaires [21] - Permalien [#]
08 février 2015

Il ne faut pas toujours croire......

Puisque je suis lancée sur le fiston et sa passion de la nature, de la chasse et des animaux, un petit retour en arrière me ramène à l'époque où il était taxidermiste. Il avait eu cette fois aussi  droit à un article sur le journal du Sud-Ouest.

A part le fait que le CAP de taxidermie était obtenue facilement,  qui est faux, (d'ailleurs Eric ne l'a jamais passé, dans ce domaine il était totalement auto-dictate) .

 

eric taxidermie

 

Je ne parle pas du grand nombre d'articles que mes rejetons ont eu ensuite sur divers journaux ou revues spécialsées ou émission télé (régionales) à l'époque de la grande aventure du brevet qu'il ont tenté d'exploiter et qui les a laissés "exangues" , mais qui a laissé croire à ceux qui ont lu ces articles que mes enfants étaient pour le moins : multi-millionnaires! 

Alors , en conclusion, j'ai pu me rendre compte avec certitude, qu'il ne faut pas prendre toujours ce que l'on lit sur les journaux ou entend à la télé   pour argent content!

 

 

Posté par emiliacelina à 20:39 - Commentaires [14] - Permalien [#]
07 février 2015

Reportage chez Eric.....à sa tonne!

 Je vous avais dit , qu'un jour je vous parlerai de la  grande passion d'Eric : la chasse à la tonne.

Lundi dernier deux journalistes sont venus , justement, pour faire un reportage sur cette pratique. Alors tant bien que mal, voici la page , qui, sur le journal du Médoc a parue hier.

J'ai tenté de la scanner, mais la page étant trop grande, je me suis tellement embêtée que, finalement, j'ai choisi de procéder en en faisant une photo.

 

 Sur la première page, l'article était annoncé page 5 ainsi :

Numérisation_20150206 (4)

 

On peut voir les "guichets" devant lesquels les chasseurs montent la garde toute la nuit. Lorsqu'ils sont deux, (là, ils sont trois mais c'était juste pour la photo) ils prennent des tours de quatr heures, mais très souvent , Eric est seul,et, après sa nuit, il est présent  dès neuf heures,sur le centre équestre pour son travail.

 Et voici le titre de cette page 5

titre journal

 

 L'article fait une page entière, et va être repris prochainement sur le journal Sud Ouest.

 

journal definitif

 

J'espère que la lecture est possible en agrandissant.

Il a été prouvé par la pose de balises sur les oies  que ce sont (chez nous) les mêmes que celles qui sont  gazées en Hollande et en Belgique.Chaque années 130 000 oies sont ainsi détruites car elles s'attaquent aux cultures agricoles. La population d'oies c'est multipliée par deux en six ans.Le prélèvement de chaque chasseur est infime et ils n'en font pas commerce!

 

 

 

 

 

Posté par emiliacelina à 09:41 - Commentaires [15] - Permalien [#]
02 février 2015

Le premier né...

 

 

 

 

D

ans le livre précédent, je suis passée  très rapidement sur la petite enfance de mes garçons , m’étendant plus facilement sur  leur adolescence, puis sur une partie de leur vie d’hommes.

Pourtant quelle mère ne se souvient pas avec émotion de l’époque bénie des premières années de ses enfants et des émouvants détails de la naissance de son premier né.

Robert et moi étions mariés depuis un an et demi et j’étais enceinte de huit mois. Je devais accoucher en août 1963.

A six heures du matin, le 11  juillet, aucun doute, c’étaient bien les premières contractions qui m’ont réveillée.

J’étais tellement impatiente de mettre au monde notre premier bébé, que je ne me suis même pas inquiétée à l’idée que ce serait un prématuré de huit mois.

Ainsi que je vous l’ai dit dans les premières pages, nous logions chez mes parents, dans deux pièces assez indépendantes de l’autre côté du couloir.

Pendant que, sereinement, je procédais à ma toilette Robert n’a pas eu à aller bien loin pour avertir ma mère et …

Tout s’est accéléré !

Ma mère avait quand-même mis au monde huit enfants, mais, c’était à se demander si elle en avait encore le souvenir !

C’était … Comment dire ? Panique à bord !

Fort heureusement, la valise était déjà prête. J’avais eu tant de plaisir à la remplir que je m’y étais prise bien longtemps à l’avance. Bien m’en a pris. Rien n’y manquait !

La maternité se trouvait à environ un kilomètre et demi. Nous nous y sommes rendus à pieds. Tout le monde n’avait pas de voiture à l’époque. Environ tous les cents mètres nous nous arrêtions le temps que se calme une contraction, puis nous repartions sous le regard inquiet de ma mère qui me demandait  continuellement : ça va ?

Ça allait ! J’étais impatiente de savoir si j’allais avoir une petite fille ou un petit garçon.

A neuf heures, Eric était né ! Petit : deux kilos six, mais parfaitement constitué.

Grand moment d’émotion pour nous qui étions dorénavant des parents !

Je ne vais pas m’étendre sur les trois années qui ont suivi. Notre fils a poussé sans  problème particulier. Il était le roi de ses grands-parents. A croire que ceux-ci, n’avaient pas d’autres petits-enfants. ......  Ils en avaient pourtant seize ! Mais Eric a toujours eu un statut privilégié à leurs yeux !

Il est évident que je pourrai remplir des pages tellement il était……. Beau…intelligent…sage… et…et…

Allons, bon, voilà que le mot « chauvine » vous revient à l’esprit !

Je ne vais pourtant pas vous dire qu’il était laid, sot et capricieux rien que pour vous prouver que je suis capable de discernement !

D’abord, ce serait faux, ensuite :

J’assume : c’était le plus bel et intelligent enfant que je connaisse !

Et, surtout, c’était le MIEN !

Je le revois encore, sous l’énorme figuier jouant aux cartes avec son grand-père. Ou encore cherchant celui-ci qui s’était caché sous la table pour l’amuser et ayant ensuite, toute les peines du monde à s’en extirper !

Un jour, une de mes sœurs lui a ramené du marché un petit caneton : Oscar.

Véritable cadeau empoisonné ! Celui-ci avait adopté Eric qui devait alors avoir entre deux et trois ans, et le suivait à chaque pas. Il fallait le voir  dévaler l’allée qui séparait le jardin en deux, se dandinant  sur ses petites pattes pendant que  nôtre fils effectuait d’incessants va-et-vient Oscar sur ses talons.

L’image est attendrissante, je veux bien l’admettre, mais Oscar n’en a quand-même pas moins fini à …. La casserole !

Ce n’est pas moi qui appliqué la sentence ni  l’ai mangé !

Il avait grandi et ne voulait plus quitter Eric un seul instant. Ses « coin-coin » désespérés nous assourdissaient dès qu’il ne le voyait plus. Nous avions fini par le laisser venir sur le tapis à côté du lit durant la sieste, sinon  derrière la porte c’était le grand air de la « traviata » !!!! Ce canard avait un organe vocal particulièrement puissant !

Comme tous les canards il semait ses crottes partout et tout le temps !

Il ne voulait pas vivre à l’extérieur, seul ! Même dans un enclos ses cris dérangeaient le voisinage.

Cela devenait invivable.

Alors, un jour, Oscar s’est soi-disant envolé rejoindre ses copains, et… Eric a eu un chat : Roméo !

Un excellent chasseur ce chat ! Tellement chasseur que notre voisin, colombophile averti apercevait,  chaque matin, en regardant par-dessus la barrière, un de ses pigeons mort dans notre jardin ! C’était un très gentil voisin, vraiment gentil, depuis de très nombreuses années.Aussi, le jour où Roméo a ramené la dépouille de l’un de ses champions, puis d’un autre, nous avons décidé qu’il fallait arrêter les dégâts !                                                                                                                                                           Nous avions l’habitude, les jours de concours de chercher dans le ciel le petit point noir qui tournerait autour et au-dessus de la maison avant  de grossir et se poser dans le pigeonnier. Parfois le pigeon était parti de plusieurs centaines de kilomètres.

Ces pigeons étaient précieux aux yeux de « Loulou » notre voisin, d’ailleurs, ils avaient beaucoup de valeur, et la perte de ses champions était un coup dur pour lui : il devait repartir de zéro.

Alors, Roméo, un beau matin, est allé rejoindre ses copains .Comme Oscar ! Les animaux aussi ont des copains !

NON !!! Il n’a pas été mangé !

Il a juste été donné à quelqu’un de confiance !

L’explication «  des copains » a plutôt bien été acceptée par notre petit bout de chou, et celui-ci n’en a pas (autant que je m’en souvienne) été traumatisé.

Quoique, peut-être, un psychologue trouverait-il  là une explication concernant la grande passion qui l’habite aujourd’hui : la chasse à la tonne et l’élevage de canards spécifiques à sa pratique.

Posté par emiliacelina à 10:52 - Commentaires [21] - Permalien [#]

29 janvier 2015

Je vous en ai déjà parlé ?

Il se peut que j'ai déjà posté ces deux Tableaux du fiston.

J'ai cherché dans mes archives mais je n'ai pas réussi à les trouver, alors, je les insère sur la note d'aujourd'hui.Juste parce-que l'on voit la différence avec ceux de hier.

Si je l'ai déjà fait, vous me le direz ! Celà ne va faire de mal à personne , juste un petit instant de perdu !

Ceux là , je les aime bien, surtout lorsque je les vois de plus loin ! 

Mais, mes préférés sont les marines, et le portait de son père  qui décorent mon séjour, mais je suis à peu -près sûre de vous les avoir déjà montrés

Alors, il ne faut pas exagérer je finirai par vous lasser !. 

Je n'ai , sur mes murs que des toiles du fiston. Et, surtout, sa toute première qu'il avait peinte avec sa première épouse pour un de mes anniversaire. J'y tiens énormément parce-que celle -ci y avait mis sa petite touche.Ses "maîtres" en la voyant, avait dit :

-qu'est-ce que tu as fait ? Ç'était pour nettoyer tes pinceaux ? J'avais été très vexée ! Même si la critique est un peu méritée et a été constructive !

Ensuite, devenu veuf à 25 ans , il avait peint deux tableaux que j'ai placés dans les chambres car on y retrouve ses heures sombres.On dirait des coins de marécages.

galop[1]cavalcaderecadre[1]

 

 

 

 

 

Posté par emiliacelina à 18:54 - Commentaires [22] - Permalien [#]
28 janvier 2015

Le fiston se remet à peindre et dessiner...

 

 Bruno réserve un peu de son temps pour son plaisir. Il commence de nouvelles toiles. 

J'aime bien celà veut dire que le moral va à peu près !

Attendons de voir la suite ! Çe n'est pas vraiment ce que je préfère, mais  chacun ses goûts ! 

 

toil 2015 2toile 2015

 

Il y a longtemps que je ne lui demande pas une toile sur un sujet ou une couleur dominante définie. Ça ne marche jamais !

L'important, c'est qu'il se fasse plaisir et se sente bien. C'est le cas lorsqu'il peint ou dessine. C'est juste dommage qu'il ne s'y tienne pas davantage.

Même s'il distribue la plupart de ses plus jolies toiles lorsqu'il veut faire plaisir à quelqu'un qu'il apprécie et..... qui apprécie le tableau !

2014 a été compliquée pour lui, j'espère que 2015 sera meilleure !

...Et qu'il va enfin pouvoir consacrer un peu de son temps à son plaisir ! 

-Rien n'est sûr ! Il ne lui manque :

-Qu'un peu plus de place pour s'intaller !

-Qu'un peu plus de temps pour penser enfin à lui !

-Qu'un peu plus d'argent pour s'approvisionner en matériel sans y réfléchir à deux fois!

Ouais!!!!!! Ce n'est pas gagné d'avance !

 

 

Posté par emiliacelina à 17:54 - Commentaires [16] - Permalien [#]
26 janvier 2015

Mes petits coeurs ont 5 ans !!!!!

De temps en temps, j'envoie à mes petits coeurs une carte postale sous enveloppe. Je ne l'envoie pas à leurs parents. Je la leur envoie en nom propre. Une à chacune. Je ne le fais pas très souvent pour que celà leur semble un plaisir inattendu. 

J'en trouve facilement! Le choix est illimité. Leur mère (que j'averti à l'avance) les emmène au coin de la rue où se trouvent les boîtes à letttres et elles rentrent chez elles en agitant très fièrement les enveloppes ,( qu'en principe je choisis de couleurs) pour que tout le monde les voit bien !

Demain, elles auront cinq ans. Elles ne viendront pas à la maison à cause de la grippe et la gastro qui se manifeste à leur école et à celle de leur mère 18 gamins grippés !  Lydie craint de nous amener le virus à la maison. Surtout pour Robert. Les immunossupresseurs diminuent ses défenses, alors on ne va pas jouer avec le feu!

Donc, pendant que leurs cadeaux les attendent dans l'armoire de ma chambre, je leur ai envoyé une carte , (bien sûr à chacune) . J'ai choisi une carte musicale, qui chante dès que l'on l'ouvre!  Sur l'enveloppe bleue l'adresse s'écrit à l'intérieur d'un beau nuage blanc, suvollé d'un vol d'oiseaux pour l'une de papillons pour l'autre!

Dans les jours qui vont suivre la réception , elles vont continuer à demander chaque jour :  il y a du courrier pour nous ?

L'année prochaine, elles seront en classe des grands en maternelle. Elles seront aussi dans des classes séparées,alors que jusqu'à présent elles ont toujours été ensembles

Leurs parents ont décidé que de temps en temps, ils réserveront , à tour de rôle, un après-midi avec : soit l'une, soit l'autre.. Ils veulent qu'elles aient papa ou maman pour elle toute seule. Sans que sa soeur intervienne. Sans partager son attention.Je sais que l'une va apprécier ce moment sans se poser de question, je sais aussi que l'autre va peut-être apprécier, mais regrettera la présence de sa soeur! En celà , bien que très attachée l'une à l'autre, elles sont un peu différentes.Je devrai même dire : très différentes!

Heureusement, elles ont des parents qui, outre beaucoup d'amour leur donnent beaucoup d'attention et le font avec intelligence!

Samedi après-midi, elles recevront petits copains et copines pour leur goûter anniversaire. Bonbons , gâteaux, jeux et petits cadeaux pour tous! 

Les invitations sont faites!  

Bon courage aux parents !!!!!!

Posté par emiliacelina à 16:29 - Commentaires [27] - Permalien [#]
24 janvier 2015

Petit retour... loin en arrière !

 Après quelques pages narrant notre rencontre et la difficulté de fréquenter ( les garçons) à l'époque de mes seize ans peut être que mes fils, mieux que mes petits enfants comprennent que les choses  se  déroulaient ainsi pour  beaucoup de filles. Nous n’étions majeures qu’à 21 ans et l’éducation de l’époque était beaucoup plus stricte. Déjà, enfants, nous ne parlions pas à table.Il valait peut-être mieux ! Imaginez la tablée dans une famille de huit enfants chez moi  ou de dix  chez Robert! Nous ne répondions pas à nos parents, et, si d’aventure nous venait l’idée saugrenue de hausser la voix lors d’une discussion (quand une discussion était envisageable, ce qui était rare !) la menace d’une gifle n’était jamais bien loin ! D’ailleurs, bien souvent, nous nous gardions  bien de répondre, et taisions ce que nous pensions . Si nos parents avaient pu lire dans nos pensées.....

 Bref ! Courageux, mais pas téméraires !

Cette forme d’éducation a dû me laisser des traces !

Lorsque mes trois garnements s’échappaient après une bêtise, ils ont goûté du martinet ! Comme ils courraient plus vite que moi, surtout en gagnant leurs chambres situées à l’étage, et que je m’arrêtais à la première marche, les brins de cuir atterrissaient sur leurs mollets et, même, parfois, y laissaient quelques zébrures rouges !  

Inutile de vous dire à quelle vitesse ils escaladaient l’escalier ! Plus vite que le vent !

Il faut comprendre ! Trois gamins qui s'entendaient comme larrons en foire, j'avais parfois un peu de mal !

A la même vitesse les brins de cuir du martinet disparaissaient, soi-disant mangés par le chien !

Pourtant, cela ne les empêchait pas de faire les quatre cents coups !

Une seule menace marchait à tous les coups ! Sans que j’ai besoin de courir, de hausser la voix : il suffisait d’une phrase magique !

-Bon ! Nous règlerons çà ce soir avec votre père ! Là, c’était lorsque la bêtise était d’importance et ne pouvait de toutes- façons pas être dissimulée.

 Sinon, je me contentais de menacer :

-Dernier avertissement ! Vous filez droit SINON …. J’en parle ce soir à votre père !

Et j’avais affaire à de petits anges pour le reste de la journée !

Pourtant, Robert ne les a jamais frappés autant que je me souvienne ! Lorsqu’il fallait absolument qu’il leur « passe derrière » il les menaçait de seulement deux doigts : l’index et le majeur, en leur disant :

-Regarde-moi bien en face ! Tu as bien compris ? Ne me faites pas revenir !

Oui ! Inévitablement il terminait  en s’adressant aux trois, parce-que, lorsqu’il en enguirlandait un, les trois y avaient droit ! Il leur faisait un « prix » de gros !

 Ensuite, je me faisais houspiller à mon tour ! Comme si c’était de ma faute s’il devait jouer le gendarme avec ses fils !

Il n’aimait pas cela et culpabilisait…  alors que moi…. Pas du tout !

Et c’est leur père qu’ils ont toujours le plus craint !

Posté par emiliacelina à 11:42 - Commentaires [24] - Permalien [#]
22 janvier 2015

Jimmy s'installe ...

Voilà ! C'est fait ! Jimmy a enfin trouvé un appartement. Pas trop loin de chez nous : environ 10 km.

Juste un petit inconvénint il n'y a pas de garage. Il continuera donc à squatter le nôtre en attendant de trouver mieux. En toute franchise, celà ne nous dérange pas,  son père non plus parce-que ainsi, nous sommes assurés de le voir souvent.

 Il est content. A 24 ans, il a l'âge de s'assumer. Depuis l'été 2013 où il s'est mis auto entrepreneur peintre, les choses vont bien pour lui. Il est sérieux et les personnes chez qui il a travaillé ont été assez satisfaites pour parler de lui et le recommander. Je m'inquiétais surtout pour cet hiver mais j'avais tort. Il ne manque pas de travail! Je croise les doigts pour que ça continue.

Donc, je suis repartie en courses et couture. Coussins pour égayer un peu avec une nappe assortie pour protéger sa table basse qui a un dessus en verre. 

Pour les courses il y en a assez pour qu'il vive au moins 15 jours sans en faire d'autres! Tant alimentaire que produits d'entretien et tout ....."l'outillage" style balai, seau, ....et produits d'entretien. J'ai fait "large" !

Je suis tranquille . Mumu l'a bien habitué. Il sait très bien utiliser le lave linge , et cuisiner ( pas trop mal non plus!). Côté ménage, il se débrouille bien aussi! Je dirai même qu'il est plutôt efficace!

Ces clients prétendent même que lorsqu'il a fini un chantier chez eux, leur maison est plus propre qu'avant !

Demain il va s'acheter : frigo, micro-onde , lave linge,et sûrement d'autres choses! Pascal et Mumu ont fait eux aussi le point avec lui pour l'électro ménager!

Ça devrait bien se passer !

Je suis contente pour lui !

Pascal aussi bien sûr, mais.... c'est son dernier fiston qui quitte la maison! ..... Sans commentaire!  

 

 

Posté par emiliacelina à 21:25 - Commentaires [19] - Permalien [#]