la vie continue ... toujours !

29 avril 2017

Allez! Encore une petite couche familiale !

 Avant d'avoir le "sujet  "du devoir de Lakévio!
Dernière mise à jour.
Dernière maison (en principe) !
Dernier essai d’ écriture, du moins en ce qui concerne  mes souvenirs de « famille », et comme je ne vois pas ce que je pourrai écrire d’autre…..

-        Un roman ? 
-        Vous plaisantez :
1°/ je ne suis pas écrivain.
2°/ Je n’ai pas assez d’imagination pour cela. 
3°/  Je vous l’ai déjà dit : Je n’ai qu’une source d’inspiration  : Mes enfants et petits –enfants !
Soit : Notre famille !
Je vais donc, tout simplement, pour conclure, avant de parler  des petits-enfants, faire un petit compte-rendu des cinq dernières années écoulées, puisque
Bilan de Famille date, déjà, de cinq ans.
Passons à plus … d‘actualités !  
Comme la vie file vite !……
De plus en plus vite lorsque inévitablement,  on avance en âge au même rythme ! Hélas !
Eric est toujours à Soulac
Tous les étés, depuis trois ans, Robert et moi emménageons   dans le  mobil-home situé sur le centre équestre à l’ombre des grands chênes.
A nous le calme loin de toutes informations désagréables.
Pas de radio, pas de télé.
Juste les chevaux dans leurs paddoks se gavant continuellement de foin.
C’est bien simple : pour ceux qui ne le savent pas les chevaux passent leur temps à manger et produire un quantité impressionnante de crottin !
Mais ils sont si beaux et très reposants à regarder 
Au programme :
Lecture 
Ramassage d’escargots et de cèpes.
Partie de pêche à la tonne.
Chasse à la palombes dès l’ouverture 
Promenades sur la plage quand nous sommes courageux.
On se la coule douce,totalement déconnectés du stress.
Le tableau de chasse est vite transformé en salmis.
Sylvie n’ayant pas trouvé de travail sur place ou aux alentours proches, a dû accepter un emploi sur Bordeaux.
Elle ne vient donc que le week-end, et encore, pas toujours .
C’est selon son emploi du temps.
Ce mode de fonctionnement va perdurer jusqu’à ce qu’elle prenne sa retraite.
Il a fallu qu’Eric s’habitue.
Bon gré,... malgré !!!  
Inutile de vous dire combien il apprécie notre venue durant l’été alors que la saison bat son plein.
Et nous de même.  
Durant l’hiver nous le voyons beaucoup moins.
Bruno a  vécu, il y  a trois ans, l’épreuve éprouvante d’un divorce, comme l’ont vécue ses frères avant lui 
Et de trois !!!!! 
Il habite maintenant près de chez nous .
Après trois années « difficiles »  qu’il a pleinement assurées, Margot, Marie et Louis vivant avec lui, il a rencontré une nouvelle compagne.
Elle s’appelle Florence.
Nous l’apprécions bien.
Il a l’air heureux.
Celà nous réjouit, il mérite d’avoir enfin une vie sereine.
Tous deux , accompagnés des enfants (grands maintenant) devraient partir en Espagne cet été pour quelques jours de vacacnces.
De vraies vacances ! Enfin !
C’est lui qui m’a poussée à écrire ces pages
Lui, qui m’assène d’un air convaincu, vraiment  très  souvent 
« Ce n’est pas possible d‘être aussi  chauvine !»,chaque fois que je trouve des tas d’excuses lorsqu’il « râle » après ses enfants.
Lui qui, parfois, semblant bien avoir oublié combien il nous a fallu de patience , parait parfois,   en manquer à son tour !
Lui, qui , pourtant, je vous assure , a des enfants

                                PARFAITS ! 

Et...Si c’est moi qui le dis …vous pouvez me croire sur parole !
Pascal et Muriel (toujours dite Mumu)  sont nos voisins depuis plus de quatre ans.
Leur maison est accolée à la nôtre.

 

SANY0030 (2)

Ils ont veillé à ce qu'elle soit du même style que la nôtre, pour ne pas "dépareiller.

C’est très agréable et rassurant de les avoir si près de nous.

C’est rassurant pour nous mais également pour ses frères qui apprécient grandement de ne pas nous savoir isolés.

D’autant plus que la santé de leur père cause quelques soucis.

C’est pour cette raison que le dernier Noël  (2016), s’est, pour la première fois, passé chez eux.

Ils ont choisi lors de la construction d’opter pour une pièce à vivre de bonnes dimensions.

Ils ont bien fait !

Pour faire simple, je dirai que l’on ne peut rêver de meilleurs voisins !

Présents , sans être envahissants.

Prévenants sans être indiscrets.

Attentionnés et disponibles.

En principe, Robert se charge de passer la tondeuse chez eux lorsqu’il le fait chez nous. Mumu apprécie plus ou moins selon la propension qu’il a, à arracher parfois, ce qu’il suppose être de mauvaise herbes,  mais sont, en fait, des repousses de fleurrs sauvages qu’elle aime bien 

Dans un jardin, Robert applique le principe du nettoyage par le vide !

Ce printemps 2017, vu la santé de son père, c’est Pascal qui tond, relayé par Bruno une fois sur deux                                 

Pourtant, le jardin et les fistons ne font pas vraiment bon ménage !

La terre est basse ! 

Pascal est plutôt notre monsieur dépannage et bricolage.                                                     

Que demander de mieux ?...

J’arrête là mon énumération, je ne voudrais pas que, me lisant, ils se rengorgent comme des paons!

C’est bien suffisant que, seule,  je prétende qu’ils atteignent la perfection !

Même si c’est vrai !

Foi de chauvine … ou supposée telle !

Posté par emiliacelina à 07:28 - Commentaires [5] - Permalien [#]

26 avril 2017

Bref... la vie continue !

Bruno ... et Florence ont décidé de doubler leur terrasse en ciment et de la recouvrir de bois.
Puis, une fois lancés, ils se sont dit : tat que l'on y est, pourquoi ne pas l'agrandir ? 
Sitôt dit, sitôt fait ! Enfin  quand je dis "sitôt fait" je devrai dire que c'est en cours! 

SANY0008

Dimanche nous fêtons les cinquantes ans de Mumu. Pour ne pas qu'elle ait besoin de s'occuper de l'organisation Florence a proposé de faire le repas chez Bruno.
J'ai dû vous le dire,Florence est maintenan la "copine" de Bruno.
Comme de bien entendu je me charge des amuse gueules !. 
Il est donc impératif que la terrasse soit terminée.Bruno est très pris par son travail donc, Louis son fiston de 14 ans lui donne un  sérieux coup de main.
Comme nous disons , il joue l' arpette! 
Il ne lui a pas fallu longtemps pour comprendre le truc! Aujourd'hui, c'est lui qui prend la suite, tout seul, comme un grand !
Je ferai une photo quand il aura posé les planches que Florence a teintées. 
Ce sera fini dans les temps prévus !

Le plus embêté c'est Robert qui se désole de ne pas pouvoir mettre la main à la pâte. Ça le rend grincheux !
Comme c'est le midi, je ne pense pas que nous resterons longtemps, celà dépendra du temps qu'il fera parce-que Robert est toujours frigorifié, même s'il y a du mieux.
Marie et Tom sont en vacances pour la semaine au Puy Du Fou.
Lydie, Mario et mes petits cœurs sont en Corse jusqu'à samedi.

Bref... la vie continue...

 

Posté par emiliacelina à 21:42 - Commentaires [12] - Permalien [#]
25 avril 2017

Chacun a compensé selon ses choix...

Et si je continuai  la note du 18 dernier, histoire ... d'actualiser ( ?)  un peu  !

Avant de faire le point sur nos petits - enfants !

Faute de vacances , chacun a compensé et compense toujours, selon ses choix : 

P

ascal, en profitant dès-que possible de journées sur le lac.

Le même lac que celui où il a passé de si bons moments avec sa grand-mère étant gamin.

bateau

 

Sur son bateau… avec Murielle, il s’y repose et s’y ressource.

Souvent le poisson sitôt pêché est nettoyé, cuisiné et mangé dans la foulée.

Il jette l’ancre devant la « conche » 

Leur conche !

Difficile d’accés par la terre,  facile par bateau. Ils en apprécient le calme et la solitude (sauf quand quelques amis viennent jeter l’ancre tout près) tous pêcheurs comme lui.

L’ambiance y est joyeuse.

Lydie et Mario avec Lisa et Lana sont des habitués.

Le poissonnier a perdu ma clientèle. Pascal me fournit bien

suffisament en perches, brochets, sandres  etc…

 rochet

Beaucoup de belles prises de belles tailles.

Le congélateur est alimenté pour l’année.

silure

 

Cette prise là, n’a pas servi de repas.

Pascal n’a pas eu le cœur de l’achever.

Elle été remise à l’eau. 

Il parait que certains la cuisine ! 

Nous n’avons pas essayé. 

Il parait aussi que le silure défend férocement tout intrus qui ose s’approcher de ses œufs.

Il nous reste juste une série de photos pour souvenir.

Le lac de Hourtin -Carcans est le plus grand lac d’eau douce de France.

 Il est magnifique et s’étend sur six milles hectares

  

E

ric fait la même chose en filant à sa tonne le plus souvent possible y faire  une cure de silence et de solitude, en compagnie de ses chiens.

Il charge le fusil, les chiens  et les canards appelants dans sa voiture et quelle que soit la météo, oubliant le reste du monde, fonce vers son refuge.

eric

 

Hugo! Gaspard!  Lucien! Aux pieds !

En plus de chasse , il y pratique la pêche aux anguilles, crevettes et crabes qui abondent et que souvent, il fait cuire  immédiatement en les parfumant au fenouil qu’il cueille sur place. 

L’immensité du marais n’a pas de secret pour lui.

tonne

 

Qu’il y pleuve, vente, parfois même tempête ou qu’il soit écrasant de luminosité ensoleillé… il l’aime !               

Il a adopté le Médoc et le Médoc l’a adopté !

 

Il ne se voit plus vivre ailleurs !

                                                                     

B

runo, lui,  se réfugie devant son chevalet et fait danser pinceaux et couleurs.

Pas assez souvent à notre Goût !

Son inspiration varie suivant l’humeur du moment et le temps dont il dispose.

 Son père et moi ne pouvons nous empêcher de penser , que, peut-être, nous aurions dû accepter l’idée de le voir s’orienter vers ce qui lui plaisait le plus : la peinture !

Nous avons coupé la poire en deux en lui imposant un apprentissage  de photograveur et graphiste.

 Nous avons "voulu jouer la sécurité" pour son avenir.

 Nous étions persuadés que l’avenir d’un artiste peintre serait bien trop incertain !

 Pas sûr sur nous ayons eu raison ! 

 

brrrrrr

 

Celle-ci a été vendue, mais le plus souvent , il fait cadeau de ses toiles à des amis lorsqu'il voit que ceux-ci les apprécient!

 

brunobruno5

bruno3bruno4

 

 bruno2

 

Personnellement, fidèle à mon « supposé chauvinisme » je n’accroche aux murs de chez nous que des toiles portant sa signature !

 

Aussi bien dans le séjour que dans les chambres.Je ne les échangerais pas, même contre un tableau de maître !

 Celle-ci, bien qu'il prétende qu'elle n'est pas top, je l'aime beaucoup...   

SANY0013

SANY0015

 

Celle-ci, est hors concours!  Son père , il y a longtemps!

Mon appareil photo non plus n'est pas top ! Les couleurs, du coup, encore moins! 

                                En conclusion, je pense que deux ou trois semaines de vacances, au moins, loin du travail et des soucis,  leur feraient beaucoup de bien à tous les trois, et surtout, seraient bien méritées.

Ils disent qu’ils attendent que je gagne au loto pour s’offrir ce luxe !

Je crois bien  que ce n’est pas pour demain, surtout si l’on tient compte que je  joue les mêmes numéros depuis au moins dix-neuf ans, puisque dans mon jeu figure le sept qui à l’époque était le nombre de mes petits-enfants.

Marie venait juste de naître et Louis n’était même pas prévu !

Mon bulletin de jeu étant composé des numéros représentant le nombre de nos enfants, petits-enfants de l’époque et de diverses dates anniversaires, je n’ose plus, ni les changer, ni  cesser de les jouer chaque semaine.

Je suis piégée, je les connais par cœur et je me dis :

-« il suffit que j’arrête pour que ces « foutus » numéros sortent ! »

Avouez que je suis têtue ça fait : dix neuf ans !

J’aurai mieux fait d’économiser le montant de ma mise depuis tout ce temps et deux euros par deux euros, les placer dans une tirelire !

Comme j’aime bien me faire mal, j’ai fait le calcul, j’ai donc  dépensé environ  la coquette somme de neuf mille  euros qui ont enrichi les caisses de la Française des Jeux !

Comme j’aime bien, aussi, trouver des excuses à mon entêtement (pour ne pas dire à ma bêtise) je me dis que je joue souvent  gratis ( ?) lorsque la chance, généreuse, grâce à trois boules portant trois de mes numéros m’octroie la somme fabuleuse de 7 euros !

 

Youppie  !!!!

 

Que voulez-vous, on se réconforte comme on peut !

 

 

 

 

Posté par emiliacelina à 15:00 - Commentaires [13] - Permalien [#]
24 avril 2017

Au tribunal ...

 

 Devoir pour Lakévio ! 

 

115314384

 

 La parole est à l'avocat de l'accusée.

Merci Monsieur le juge, messieurs de la cour, messieurs les jurés.

Maître Lesieur, avocat , de façon très convaincante, vous a expliqué le désir de "ses clientes" qui se portent partie civile à l'encontre de Madame Lafleur.

"Madame Lafleur" !!!!! Accessoirement je me permettrai de signaler combien le hasard peut-être facétieux en dotant de ce nom cette charmante personne de quatre-vingt ans qui aime tant ... justement les fleurs! 

Vous avez devant vous des  plaignantes peu ordinaires, c'est le moins que l'on puisse dire : 

Ce simple verre dans lequel puisent, dans une eau claire  et soigneusement renouvelée, les tiges  de violettes si délicatement parfumées porte plainte parce-que les petits -enfants de madame Lafleur ont cueilli, dans le jardin de leur grand-mère chérie ces quelques fleurettes si délicatement parfumées et sont venus fièrement les offrir à leur mamie entre rires et embrassades.

Monsieur le Procureur également, vous expliquera que lesdites  violettes font donc griefs à Madame Lafleur d'avoir été cueillies par ses petits-enfants de celle-ci à l'occasion de la fête des "grand-mère", abrégeant de ce fait de quelques jours  leur supposée espérance de vie. Eparpillées dans le gazon de Madame Lafleur, dès le premier soleil du printemps, elles entendaient bien y finir tranquillement leurs vies, avant d'être précautionneusement cueillies par les enfants. Vous pouvez d'ailleurs noter que pas une des fragiles tiges ne semble avoir  souffert, on peut dire que chacune a été manipulée avec le plus grand respect , je dirai même avec amour ! 

Selon l'adage la violette, symbolise la  modestie. Pour Madame Lafleur ce simple verre est beaucoup plus précieux que le plus beau bouquet des plus grands fleuristes, , et,oui, c'est exact, celle-ci les a acceptées avec bonheur et , vous pouvez en juger, en a pris le plus grand soin ! 

Alors, Messieurs de la cour, Messieurs et Mesdames du jury je  me pose donc la question:

Est-il, pour une fleur, plus belle destinée que d'être offerte à une personne en témoignage de l'amour que l'on lui porte? Une personne qui saura en prendre le plus grand soin et ressentira chaque fois que ses yeux se poseront sur ce petit bouquet  printanier tout l'amour de ses enfants et petits enfants? 

Enfin, je dois porter à votre connaissance, que le jardinier est venu tondre la pelouse de Madame Lafleur le lendemain, malgré son savoir faire professionnel, celui-ci n'aurait , bien sûr, pas pû éviter ces fleurettes qui, alors, seraient passées de vie à trèpas sans autre forme de procès au lieu de continuer à profiter du soleil et d'une eau claire régulièrement et avec amour renouvelée!

Alooooors ! Oui ! Messieurs,  mesdames, je vous demande de bien vouloir débouter de leur demande Mesdames Violettes qui devraient remercier , ouiiiii!!!! je dis bien remercier Madame Lafleur pour ses bons soins et....

Je me permet d'ajouter à titre personnel : que je souhaite à Madame Lafleur , et à toutes les grands-mères, de profiter de nombreuses années encore des bouquets cueillis par leurs  petits-enfants pour les prochaines fêtes des grands-mères !

 

 

 

 

Posté par emiliacelina à 08:32 - Commentaires [21] - Permalien [#]
18 avril 2017

Parcours professionnel de Pascal .

...et de trois...

 

Parcours professionnel de Pascal.

 Je crois que, pour lui, j’ai besoin de reprendre mon souffle. 

  Il est le champion du changement

 

D

ès ses quinze ans, il est entré en apprentissage comme plombier / couvreur.

Puis, il a fait son service militaire chez les parachutistes.

 Dès son retour, il a trouvé un emploi de réparateur plombier.

 Ensuite, il a tenté de monter une petite société de dépannages divers : « DEPANEXPRESS ».

Il faisait un peu de tout ! De la pose de pavés auto-bloquants , à l’élagage d’arbres, à l’entretien de chaudières etc…  durant la semaine.

Le week-end était réservé à la friterie, crêpes  etc…. car c’était l’époque où il avait acheté, comme son frère aîné, une caravane équipée qu’il plaçait sur les différentes fêtes foraines. 

Malheureusement, il n’avait pas dans sa tournée suffisamment de fêtes « rentables ».

 Donc, il menait les deux occupations de front !

 Lorsqu’il a cessé Dépanexpress et les fêtes foraines il est entré comme serrurier dans une entreprise qui faisait entre-autres, des portails…. que tenait une connaissance de sa copine du moment. …   devenue ensuite sa femme et la mère de Jimmy et Jordan…

 …Jusqu’à son divorce, date à laquelle il a rejoint Bruno  à l’imprimerie I3R .Le voici offsettiste puis conducteur d'une cinq couleurs.

 A l’arrêt de l’imprimerie, tout comme Eric, il a suivi Bruno dans l’aventure de l’étiquette puisque le brevet était à leurs noms à tout les trois, puis chez « VINETIQ’ »

Bruno à la création et Eric et Pascal faisant office de commerciaux. 

A la fermeture de Vinétiq’, Pascal est entré comme responsable d’agences d’ Intérim. Il menait deux agences de front.

 Après un désaccord avec son employeur, concernant une augmentation refusée, il a demandé son compte.

 Et… A « créé BFM Conseils » une société d’apporteur d’affaires, qu’il  a tenue plus d’un an avec succès….

 Pour accepter depuis maintenant bientôt deux ans, de réintégrer ( a la demande de son ancien employeur) (et, il faut bien l’avouer, influencé par Murielle qui avait envie de « sécurité »)  la même société d’intérim en tant que  « chargé du développement »….

 Avec, enfin, le salaire qui convient.

 Avec lui,  on ne sait jamais ce qu’il en sera de l’année suivante !

 Si je compte bien…. Il a occupé pas moins de dix emplois différents !

Tiens ! Seulement dix ? J’aurai juré que c’était davantage !

Mais c’est bien sûr ! J’oubliais les dix-huit mois où il a travaillé en blouse blanche et tenue  stérile dans le milieu médical.

Auparavant, il avait dû passer quelques temps en Allemagne pour suivre un formation et  obtenir un certificat de technicien en maintenance de « machine BODYJET » utilisée pour le transfert de graisse ou plus simplement  en liposuccion.

Il a ainsi officié à la clinique des Champs Elysées à Paris, à Rennes, Nice, Saint- tropez, en Bretagne   etc…..

Beaucoup trop de temps passé sur les routes à son goût et surtout trop souvent loin de sa famille.                                                                 

Donc, si je compte bien, avec onze emplois dans des domaines parfois très différents, je ne dois pas être loin du compte !

…et rien ne prouve que ce soit terminé !

Il vient juste de fêter ses cinquante ans !

 

Comme ses frères, il n’a jamais pris de vacances à part une petite semaine en Guadeloupe l’été dernier, pour faire connaissance avec ABBY, le premier bébé à le faire grand-père.

 

Posté par emiliacelina à 21:21 - Commentaires [16] - Permalien [#]

16 avril 2017

Parcours professionnel de Bruno.

Suite...

I

l est le seul de la fratrie à ne pas avoir exercé d’emploi dans une catégorie professionnelle différente de celle de son apprentissage.

Apprenti photograveur dès l’age de quinze ans, tout en en se  formant au métier de graphiste

Obtention du CAP afférent, en deux ans  (au lieu de trois).

Il a gagné correctement sa vie très jeune car son style de graphisme remportait beaucoup de succès, jusqu’à son départ à l’armée.

A son retour, il a été embauché comme Responsable Pré -Presse dans une imprimerie.

Son contrat prévoyait une prime supplémentaire de 5% sur le chiffre d’affaire apporté en sus par Bruno.

L’employeur n’avait pas prévu le potentiel de son nouvel employé.

Bientôt le montant de la prime devint un peu trop élevé, et celui-ci  préféra le licencier.

Bruno revint à ses premières amours : le graphisme.

Il réintégra le premier atelier où il travaillait avant son départ à l’armée. Celui-ci avait changé de propriétaire.

 J’étais très  fière lorsque je voyais sur les produits de marques connues une étiquettes créée manuellement par mon fiston.

Les clients aimaient beaucoup son style, et choisissaient souvent sa création parmi les modèles que l’on leur proposait.

Bruno espérait bien  se mettre un jour ou l’autre à son propre compte comme graphiste.

 Rapidement, au vu de ses résultat, il commença par demander une augmentation. Refusée par le gérant de l’atelier qui n’envisageait cependant pas de le licencier.

Persuadé qu’il n’oserait pas le faire, il lui a déclaré :

« si tu n’es pas content, tu n’as qu’à démissionner ! »

Bruno avait prévu cette réponse, et préparé sa réplique. Il  a sorti de sa poche la lettre de démission qu’il  a posée sur la table, devant le patron sidéré.

C’est ainsi, que Bruno s’est installé à son compte.

 Je passerai sur les détails mais ce fut une belle réussite.

Vous savez, le genre de réussite qui fait que votre banquier se lève de son siège pour vous accueillir avec un grand sourire !

Il a acheté une maison. Une belle landaise.

Et…

A décidé qu’il était temps de réaliser son rêve.

Une imprimerie familiale.

Sitôt dit, sitôt fait. 

Pascal l’a suivi,  rapidement  rejoins par  Eric, Ainsi que pour un temps un neveu et son fils.

 Et ils ont travaillé le jour … et parfois la nuit !

La semaine … et parfois le dimanche !

Jusqu’à la création de l’étiquette multi-volets qui portait leur nom.

Bruno s’est démené (aidé de ses frères) pour en commercialiser le brevet. 

Pour se concentrer sérieusement à cette nouvelle aventure, I3R a été fermée. La maison vendue, (détails dans Bilan de Famille).

Il a monté « VINETIQ’ ». Toujours avc ses frères. Les voilà négociants en vins :  bouteilles principalement équipées de la fameuse étiquette ! 

A son tour, « Vinetiq’ » a été fermé.

C’est à ce moment là, que Eric est parti travailler au Centre Equestre.

Et…

Bruno a créé B3P :  Imprimerie Signalétique.

Actuellement  divorcé, il a fermé B3P et re-travaille seul.

 Chez lui.

 La boucle est bouclée.

 Lui non plus ne sait pas ce que c’est de prendre ne fusse qu’une semaine de congés.

 Il vient de fêter ses cinquante ans, la fatigue aidant,le besoin commence à s’en faire sentir sérieusement !

 

Posté par emiliacelina à 21:50 - Commentaires [18] - Permalien [#]
13 avril 2017

Un peu de lecture .... ça fait passer le temps !

 Je ne vois rien de particulier à écrire en ce moment. Tout suit son court.

Mais, comme je suis une brave fille, je pense à nôtre Goût national qui se morfond sans sa douce moitié, et j'ai pitié.

Il lui faut bien quelque lecture de ses blogueuses chéries pour le distraire.

Alors je reviens sur quelques lignes tirées de mes souvenirs, faute de mieux !

 

 L

e dimanche matin  nous découvrions les plaies et bosses d’Eric ou l’absence des véhicules de Bruno et Pascal dans notre jardin. (Ceux-ci s’étant bien gardés, de nous réveiller pour nous raconter leurs frasques) .Le plus souvent, après les avoir quand-même entendus rentrer le plus silencieusement possible, nous nous rendormions l’esprit rassuré.

Ils étaient là. C’était le principal !

Vous vous demandez peut-être…

Mais à part vous causer du soucis et faire la fête, ils ne faisaient rien d’autre ?

Détrompez –vous !

Ils ont travaillé.

Enormément travaillé !                                                       

Ils n’ont même jamais été inscrits au chômage.

 Robert ne les aurait pas supporté à la maison sans qu’ils ne cherchent … et trouvent… un travail, quel qu’il soit !

Eric a commencé à travailler le premier.

Rien que de très logique,  puisqu’il est l’aîné

D’abord durant ses vacances scolaires puisqu’il a été le seul à continuer ses études.

Il a  été rapidement rejoint par ses frères sur le marché de l’emploi, quand ceux-ci sont entrés en apprentissage dès leurs quinze ans.

 Je commencerai donc par lui !

T

ant qu’il était étudiant il a travaillé l’été comme serveur dans les restaurants.

De même comme employé dans le centre commercial près de chez nous, lequel a fini par lui proposer de l’embaucher.

Le salaire pourtant modeste, a fait que notre fiston a accepté, délaissant les études.

Jusqu’au jour où il nous a surpris en voulant acheter une tournée de fêtes foraines et une caravane « crêpes et friterie ».

Ce fut un bon investissement. Il l’a tenue durant plus d’une dizaine d’années.

Parrallèlement,  il a décidé de devenir taxidermiste. Depuis tout jeune ç’avait été son envie. 

Il a réussi son pari.

Pourtant autodictate dans la profession, il y a rapidement acquis une excellente renommée. 

Il a durant plusieurs années cumulé avec son épouse, les week-end sur les fêtes et son magasin de taxidermie le

reste de la semaine.Lorsqu’il a divorcé, il a vendu sa tournée de fêtes et sa remorque.

C’était le moment où Bruno avait créé I3R, l’imprimerie familiale.

Eric a donc vendu son magasin pour rejoindre ses frères.

Il est devenu le roi du massicot… entre autres fonctions.

A commencé alors une très longue période que je qualifierai de … travail en commun…

… et de la très grande aventure de l’étiquette « Rollain ».

Ce fut une période… riche.

Pas vraiment  riche financièrement, hélas !

 Mais tellement riche d’espoirs, de rêves, de soucis , de déceptions, de fatigue.

De tension aussi  parfois !

Tous les détails sont dans « Bilan de Famille ».

Quand est venu le temps des désillusions, Eric et sa compagne ont accepté un emploi dans un centre équestre.

Elle à l’accueil et lui responsable du centre au sens large du mot.

Entretien du centre,  soins des chevaux et différents animaux présents etc…

Ce centre avait grand besoin d’un sérieux relooking.

Eric s’y esst employé, tout en installant, pour son plaisir,

ses parcs à canards.

Le centre, situé à Soulac est tout près des marais où  il a sa tonne.

Depuis longtemps il espérait vivre dans le Médoc.

Aujourd’hui, il n’envisagerait plus de vivre ailleurs.

Cela fait maintenant neuf ans. 

Si je fais le compte de toutes ces années de travail, je me rend compte qu’à part à un séjour d’un mois en Afrique  l’année où est né son fils Marc, il n‘a jamais pris de congés !

Vous voyez que question travail, il a toujours assuré !

Et il continue.

La retraite n’est pas encore pour demain !

 

Posté par emiliacelina à 21:56 - Commentaires [12] - Permalien [#]
08 avril 2017

Je trie mes vieux films super 8

 

 

SANY0003

 Depuis très longtemps, j'avais envie de revoir tous mes vieux films super 8 .sur mon ordi ou clé USB. 

J'avais jeté mon projecteur lors de notre dernier déménagement car il était tout "piqué".

Je m'étais renseignée et le prix des sociétés qui font ce genre de transfert m'avait fait abandonner l'idée. En plus, je dois effectuer un tri. 

Et puis, j'ai lu , sur internet, que certains le font eux eux-même. 

Toujours sur internet, j'ai acheté un autre projecteur et depuis quelques jours, je me bagarre avec !

Je me rend surtout compte que, à l'époque, je filmais en bougeant beaucoup, même en marchant .Alors, la stabilité laisse à désirer!

Mais c'est mieux que rien !

Je suppose aussi que les sociétés font du bien meilleur boulot, avec du meilleur matériel en plus !

Voici, le premier qui m'est tombé sous la main. 

C'était Bruno avec FIFI. Fifi, c'était le petit verdier qu'Eric avait élevé tombé du nid. Je me souviens qu'il n'avait pas voulu que je le filme, alors son frère s'y était collé! 

Il est arrivé que Eric aille à l'école avec l'oiseau sur son épaule et un gros lézard vert et bleu dans sa casquette! . 

Mon petit Louis m'a donné quelques petites leçons pour effectuer des coupures car tout ne vaut pas le coup que je le garde. Il y a du flou, du tremblé, du noir, du blanc, le sol qui vient brusquement vers l'écran ou bien le ciel .... plein de nuages  ..... sans oublier les têtes décapitées!

Je trie.... je trie ..... je trie.....

Et, finalement, je m'en sors avec 50 euros ! 

Ça me suffit !

Ce sontt quand-même des souvenirs que nous aurons plaisir à regarder en famille !

 

 

 

Posté par emiliacelina à 22:22 - Commentaires [18] - Permalien [#]
06 avril 2017

hier , c'était cinéma !

Hier c'était cinéma !

La belle et la bête avec mes petits cœurs et leur mère.

J'en suis sortie complètement abrutie! 

Les filles ravies bien sûr ! 

Bon, c'est la vraie histoire , plutôt beau film dans le fond, du disney en grand, mais :

je ne sais pas si c'est toujours ainsi au cinéma (je n'y vais pas souvent)  une sonorisation d' ENFER !!!!!!!!!!!

Pour moi, à la limite du supportable.

Le soir, ça m'a valu une migraine carabinée !

Mais , comme dirait notre amie ... c'était rudement bien !

Il parait que je suis la plus gentille des mamies !  Alors !!!!!!!

495776

 

Posté par emiliacelina à 21:15 - Commentaires [13] - Permalien [#]
05 avril 2017

... ça tombe bien ....

Pas de rhume, ni grippe, ni virus quelconque de tout l'hiver pour moi. C'était bien , Mais toute bonne chose a une fin.

Depuis une semaine , je faisais écho aux quintes de toux de Robert. Bien sûr pour moi c'est moins grave!

Donc, Dès le début j'avais filé chez le toubib car ce nétait pas le moment que je sois malade.

Traitement normal puisque c'était juste le début.

Bien sûr ça n'a pas suffit. Je ne suis pas étonnée, c'est chaque fois pareil!

Donc, me voici sous une petite cure de cortisone.

Pour commencer : nuit presque blanche et .je sens que ça va valser dans la maison !

Ça tombe bien , j'avais envie de commencer le grand nettoyage de printemps!

 

 

Posté par emiliacelina à 07:51 - Commentaires [13] - Permalien [#]
02 avril 2017

visite de nos petits cœurs

 

Nos petits cœurs et, bien sûr, leurs parents sont venus nous faire uen petite visite. 

Courte pour ne pas fatiguer Papy.

Les parents avaient dû leur faire la morale car elles ont été sages comme des images. Pas de piailleries ni de jeux agités. 

C'était chouette.

Elles ont toutes les deux perdu les sept dents de lait de devant.Elles se cachent la bouche derrière leur main au moindre sourire.

Depuis quelques jours, l'une attendait patiemment que la dent qui ne tenait plus qu'à un fil ténu tombe finalement toute seule !

L'autre, au moindre tremblement de la dent ne cessait de la triturer et tirer dessus jusqu'à ce qu'elle cède !

Lisa a besoin de lunettes. Elle n'en veut pas !

Lana n'en en a pas besoin. Elle en voudrait bien !

Cornélien : comment expliquer à l'une qu'elle sera sûrement très jolie avec les lunettes de son choix.

Et de dire à l'autre qu'elle est toute aussi jolie sans !

Je préfère ne pas être à la place des parents!

Durant les vacances ils vont passer une semaine en Corse, j'espère qu'ils auront beau temps.

Mercredi dernier elles devaient aller au cinéma voir la Belle et le Bête avec leur mère..

Elle voulaient que je les accompagne. Comme je ne pouvais pas, elles ont préféré attendre que je sois libre.

Peut-être dans la première semaine de vacances.

Robert va ... un peu mieux ,, un jour : oui ...une nuit ...: non ! 

Nous maîtrisons la patience !

 

 

 

 

Posté par emiliacelina à 21:50 - Commentaires [22] - Permalien [#]
29 mars 2017

Le chirurgien

 

Un petit effort pour Lakévio ! 

 

115091379

 

J'étais un grand chirurgien capable de sauver des vies.!

J'étais un dieu , qu'est-ce qu'il en reste ?

Un  mendiant quêtant un regard.

Un instant infime,a suffit pour j' ôte cette vie que je devais sauver ! Que je devais sauver! 

J'avais prêté serment. :

"J'avais juré d'être fidèle aux lois de l'honneur et de la probité.

Que même sous la contrainte je ne ferai pas usage de mes connaissances à mauvais escient.

Que je ne provoquerai jamais la mort délibérément.

Que je sois déshonoré et méprisé si je manque à mon serment."

J'avais juré et je me suis parjuré.

Je n'ai pas été condamné , non, l'aléas opératoire m'a absous.

On m'a même félicité pourr avoir tout tenté pour sauver sa vie .

Comment ai-je pû? 

Je n'aurai pas dû jeter un regard sur son visage ni sentir un éclair de haine m'envahir en pensant que cet homme, dont je tenais la vie entre mes mains, allait me prendre ma famille,ma  femme et mes deux merveilleuses petites filles.

Le hasard ou plutôt le destin, nous fait parfois commettre une erreur irréparable.Même un dieu est humain 

Un instant d'hésitation, si court que l'équipe méicale n'a rien vu a suffit. On fait confiance au grand homme!

Toute opération préssente un risque .

Mais moi, je sais !

Et ça me détruit.

Je ne pratique plus. Le remord m'étouffe ... et je bois pour oublier!

J'ai perdu ma femme et mes amours de fillettes que je viens, à l'heure de la sortie des classes voir ou plutôt apercevoir chaque fois c'est possible.

Je n'ose pas m'approcher j'ai peur de leur faire  honte et qu'elles voient ma déchéance!

 

 

 

 

Posté par emiliacelina à 17:21 - Commentaires [16] - Permalien [#]
24 mars 2017

Je vous souhaite un bon week-end

Bn! Je suis obligé de convenir que les blogs sont une bonne chose.

La preuve, lorsque le moral n'est pas au beau fixe on laisse courir un peu et puis ça manque  et  au plus petit signe de mieux même infime, on revient partager. 

Je devrais dire papoter.

Aujourd'hui Eric a laissé le centre équestre sous la pluie pour venir voir son père. Il a juste pû arriver à la maison avant que sa voiture ne le lâche!

Le filtre a huile (pourtant pas vieux) s'est fendu. à Soulac le vent est le sel mettent rapidement les véhicules à mal. 

Heureusement notre petit garagiste (celui chez qui je fais essence et pars sans payer!) a eu la gentillesse de le lui changer dans la journée.

Inutile de préciser que sitôt au courant, ses deux frères se sont invités. Comme nous avions déjà Jordan ils ont dû partager le menu, parce-que, vraiment, cette fois, je n'avais pas grand chose à mettre sur la table et pas le temps de décongeler. Comme une andouille je n'ai pas même pas eu l'idée d'ouvrir deux pôts de conserve! C'est le comble, !!! 

C'est pas grave. Ils s'en sont contentés. Ça a été court mais bien agréable. Jordan est adorable, il m'a donné un coup de main pour débarasser. On voit qu'il a l'habitude. Elle a de la chance sa petit copine (Juliette) il n'a rien contre les courses ou le ménage!

Le jour était bien choisi. Robert était un peu mieux, il a apprécié de parler avec les fistons.

 

J'ai écrit cette première partie de note mais je ne l'ai pas terminée le jour même  parce-que le mieux n'a pas duré longtemps.

Pas plus grave, la récupération se fait trop lentement, le potassium fiche le camps donc, très grosse fatigue.Mais il a assez de force pour ronchonner en écoutant les infos!

Finalement l'inspiration me fait défaut.

Je  termine  donc juste pour vous dire un petit bonjour. 

Je vous souhaite un bon week-en! 

 

 

 

 

Posté par emiliacelina à 20:51 - Commentaires [29] - Permalien [#]
09 mars 2017

Temps mort !

Ces jours-ci, je ne parviens pas à écrire une note.

Pendant quelques temps, je n'écrirai donc  pas, mais, je vous lirai chaque jour.

... et sauf mauvaise journée, je commenterai.

Ne pas le faire me manquerait trop !

A moins que, subitement l'envie ne me reprenne!

Ce qui est très possible !

Ça dépendra ... de l'air du temps ! 

 

Posté par emiliacelina à 21:49 - Commentaires [18] - Permalien [#]
07 mars 2017

J'avais l'esprit ailleurs...

La fin de semaine a été un peu difficile.Robert pas trop en forme.

Aujourd'hui Scanner , reconsultation lundi , des choses à discuter.

Ceci explique que je n'ai pas eu d'idée (d'envie) pour écrire chez Lakévio.

Un peu comme Lili!

Bref, en rentrant je suis allée chercher le pain au Proxi.

J'en ai profité pour aller faire essence à la station.

Evidemment j'avais l 'esprit ailleurs.

Il pleuvait assz fort.

Vite, je fais le plein , et... aussi vite , je monte dans la voiture ... et je repars!

A midi, nous sommes à table à papoter avc Jordan (enfin, c'est surtout lui qui pérore!) , lorsque l'on sonne.

Je sors et un homme que je crois reconnaître comme le marchand de pommes-de-terre qui passe de temps en temps, me dit:

-Bonjour! Vous avez fait essence et vous êtes partie sans payer!

C'était vrai ! Fou-rire de nous deux. En fait c'était l'mployé de la station coiffé d'un bonnet noir. Pour vous dire combien  je suis peu physionnomiste.!!!! Il me connait bien, la station se trouve au bout de notre rue  et je m'y sers toujours! 

En repartant au travail , pour ne pas que je sorte sous la pluie, Jordan s'est arrêté pour régler la note!

Je n'ai pas fini d'en entendre parler !

 

Posté par emiliacelina à 16:29 - Commentaires [18] - Permalien [#]
02 mars 2017

Suite de la note du 22 février

Pas trop d'idée ou pas trop envie d'écrire aujour'hui.

Mais comme je suis une brave fille, je ne vais pas vous laisser , si vous passez chez moi, sans rien à lire.

Quoique , les blogs,  blogueurs et blogueuses ne manquent pas!

Je vous avais parlé des frasques de mes fistons.  

Voilà la suite.

Encore aujourd’hui, je me dis  que nous avons eu  beaucoup de chance. Ils n’ont jamais été vraiment blessés.

Il faut croire qu’une bonne étoile veillait sur eux !

Nous en avions eu la preuve une fois de plus, lors de l’épisode qui va suivre et qui mérite bien que je lui ai réservé une note entière. 

Après la mésaventure  de la Fuego, j’avais donc prêté ma Simca 1510 à Bruno.

Tout bien réfléchi, je n’ai même pas eu le temps de m’habituer à dire : Ma voiture !

Pascal avait alors, encore son fourgon.

Toujours un samedi soir, ils sont sortis en boîte. Chacun avec son véhicule.                              

Vous me direz qu’ils auraient très bien pû  n’en utiliser qu’un seul, mais, non !

Ils n’étaient jamais certains de rentrer en même temps et ne voulaient pas être trop tributaires l’un de l’autre.

Sans compter que le fourgon était bien utile.

 Un vrai petit appartement miniature que Bruno aimait bien faire visiter au cours de la soirée à certaines de ses conquêtes.

Il fallait replier la table et le siège pour faire apparaître le lit très confortable. 

Je crois bien ne l’avoir jamais vu avec le coin repas installé.

Le lit y  régnait en maître.

Question d’utilité si vous voyez ce que cela sous-entend !

Donc, ce soir- là,ou plutôt , ce matin là, après une soirée (vraisemblablement bien arrosée)  ils ont pris, l’un suivant l’autre, le chemin du retour, pressés de regagner leurs lits.

Bruno roulait devant.

Deux voitures le suivaient. Une troisième conduite par Jacky, leur copain, venait ensuite et  Pascal fermait le cortège. 

Une voiture conduite par deux jeunes filles, doublant la file roulait à la hauteur de Bruno lui faisant de grands signes amicaux.

Arrivées au feu rouge, les demoiselles ont freiné, Bruno aussi, mais de telle façon  que la voiture a fait deux têtes à queues pour terminer sa course dans une grange en bois.

Les deux voitures suivantes sont parvenues à s’arrêter, Jacky aussi qui s’est hâté de sortir de son véhicule, faisant de grands gestes afin d’avertir  Pascal de faire attention.

Mais celui-ci n‘a pas pu s’arrêter et faisant un écart pur éviter lss véhiculs arrêtés, s’est littéralement encastré dans le poteau électrique en ciment qui se trouvait sur le trottoir ! 

Le bruit a évidemment réveillé les riverains, très inquiets parce-que, nous l’avons su plus tard, ils avaient déjà été tiré de leur sommeil la semaine précédente par le choc d’une voiture qui avait heurté le même poteau.

Le conducteur en était mort. Ils ont appelé les secours.

La gendarmerie est arrivée avec l’ambulance.

Le choc avait projeté Bruno dans la malle. Un pied avait perdu sa chaussure. Il était sonné

Il a été chargé dans l’ambulance.

Pascal, s’est retrouvé avec le devant et tableau de bord  du fourgon avancés jusqu’au siège et il est incompréhensible qu’il n’ait pas eu les jambes broyées ! 

Pendant que les gendarmes s’occupaient de lui qui avait quand-même fracassé le pare-brise avec sa tête, l’ambulance démarrait juste avec Bruno. C’est alors qu’ils ont vu jaillir tel un diable sortant de sa boîte, Bruno, qui, revenu à lui et ne voulant surtout pas être conduit à l’hôpital pour un alcooltest, avait envoyé son poing dans la figure de l’ambulancier et écartant violemment les portes arrières , d’un bond, s’était étalé  sur la route ! 

Pascal a dû signer une décharge pour  que son frère ne soit pas emmené à l’hôpital.

Les gendarmes y perdaient leur latin pour remplir les constats, puisque les noms des conducteurs étaient les mêmes.

Ils ont mis un moment pour comprendre que le premier véhicule et le second avaient les deux frères pour conducteurs, d’où le même nom !

Le copain Jacky les a ramenés chez nous.

Bruno souffrait d’un bras et d’une multitude de petites plaies provoquées par les éclats de verre du pare-brise sur le visage. 

Pascal commençait un peu à enfler au niveau du visage.

Robert les a fait mettre en caleçon pour les examiner sous toutes les coutures.

Inutile de dire que le reste de la nuit a été court et le sommeil léger.

Le dimanche Pascal devait aller ouvrir la remorque friterie sur une fête foraine.

Lorsqu’il a fallu le réveiller, quand j’ai ouvert la chambre, il a demandé : Allume la lumière !

Sauf que c’était déjà fait !

 Son visage avait tellement enflé, que ses yeux en étaient complètement fermés. Il n’y voyait plus goutte !

Robert a décidé de le conduire à l’hôpital.

J’ai décidé d’aller le remplacer sur la fête foraine.

Robert, inquiet pour Pascal, a décrété, sans pitié pour ses plaies, bosses et courbatures diverses, que Bruno m’ accompagnerait !

Petit à petit la colère le gagnait !

Malgré son envie, Bruno n’a pas tenté de discuter !

Il a assuré et s’en souvient doublement : à cause de ses blessures et surtout, parce - qu’il a toujours eu horreur de ce genre de travail !

Que ce soit avec Pascal ou avec Eric, il fuyait les fêtes foraines comme la peste !

Je crois bien que c’est la seule fois où il a manipulé la louche et la pâte à crêpes !

L’un et l’autre s’en sont remis sans séquelle 

Ils ont vraiment eu beaucoup de chance sur ce coup !

C’est un souvenir qui nous perturbe encore lorsque l’on  y pense.

Posté par emiliacelina à 21:53 - Commentaires [22] - Permalien [#]
27 février 2017

Quand-même!

 

 

 

114467997

 

 

Bon ! D'accord! Il n'est pas content de se faire plaquer!  

Mais je ne l'aime plus, ce n'est pas difficile à comprendre!

J'en ai marre de ce pays où on se les gèle (façon de parler!)  à longueur de temps.

Où l'on vit neuf mois sur douze emmitoufflé sous trois couches de lainage, pardessus et grosses bottes !

J'veux du soleil, porter une robe légère et des escarpins!

Je regretterai un peu le chien si rigolo quand il joue avec la neige, mais pas son maître qui passe plus de temps dans la forêt enneigée  qu'avec moi! 

Je ne trouve plus de charme à sa beauté "rustique" de bûcheron.

Rustique et goujat : Il aurait pû me conduire jusqu'à l'arrêt du bus avec sa voiture équipée QUAND-MEME!!!!!!!!!!!

Posté par emiliacelina à 15:57 - Commentaires [5] - Permalien [#]
25 février 2017

Pourvu que ce ne soit pas mon tour!

Aujourd'hui, ce sera : petite note.

Pas grand chose à raconter si ce n'est que l mari s'est chopé une gastro.

Par chance , pas trop "virulente" mais , il n'avait pas besoin de ça ! 

Du coup, on ne sait plus trop si les analyses qui sont plus perturbées que les précédentes le sont  à cause de la gastro ou pas.

A m avis je le croiis, .... ou l'espère très fort!On va attendre un peu que la fièvre descende. Ce soir c'est déjà un peu le cas. 

Donc, ce soir, ce sera juste : photo.

Arès le ciel rouge de l'autre soir photographié depuis ma terrasse, voici le mêmeciel , mais jaune.

C'est curieux, je ne l'avais jamais vu ainsi ! 

SANY0004

 

 

Le printemps s'annonce. La preuve j'ai vu passer devant chez nous, le bâteau du fiston qui a laissé le lac pour venir se faire dorloter! 

Nettoyer, vidanger, réviser....etc...  Comme tous les ans!

 

SANY0003

Habituellemet, chaque fois qu'il ramène le bateau, ils mangent avec nous. Cette année pas question !

Ils ont déjà payé leur tribut à la gastro !

Pourvu que ce ne soit pas mon tour bientöt!

 Je crois que je suis la seule de la famille à ne pas l'avoir eu !

 

Posté par emiliacelina à 21:22 - Commentaires [11] - Permalien [#]
22 février 2017

suite de la nte du 10 février...

Le dix février , après vous avoir raconté les frasques de notre aîné,j'avais termnié sur un : Oui, mais...

........... les plus jeune n'ont pas  dérogé à la règle... si on peut parler de règle !

 A son tour Bruno est revenu du service militaire.

Comme son frère, il a eu droit à quelques mois de service supplémentaires venus s’ajouter au temps règlementaire ( jai raconté pourquoi dans Bilan de famille).

Ils sont donc revenus chez nous presque en même temps. 

J’ai choisi ce moment pour, à mon tour, passer, enfin, le permis de conduire.

Nous avions acheté une seconde voiture, ainsi je garderai la « vieille ».

Jusque- là  je circulais à mobylette lorsque le travail de Robert l’empêchait d’être disponible pour me véhiculer. 

Je ne me souviens même plus au juste, combien de fois nous avons joué le même scénario :

-        acheter un nouveau véhicule pour que j’ai, enfin, ma voiture personnelle. Je dirais au minimum trois fois !

Je n’ai pu profiter de ce luxe, que beaucoup… beaucoup plus tard ! 

A chaque fois, il y avait une bonne raison pour que je la prête à l’un ou l’autre !

Elles n’y ont pas  survécu !            !

D’abord leurs propres véhicules, puis les « miennes »… prêtées pour les dépanner.

 

Commençons par Pascal.

 

Juste avant la fin de son service militaire il a acheté un fourgon.

Dès son retour, il prévoyait de suivre le chemin de son frère aîné, c’est à dire acheter une remorque friterie avec sa tournée de fêtes foraines.

Il l’a gardé pendant … deux ans : sauf erreur !

C’était un fourgon aménagé. Très bien aménagé  même.

Quel dommage ! Je vous dirai pourquoi plus tard !

Il a aussi eu une Simca 1100.

Pascal l’a rapidement testée quant à ses possibilités d’exécution de tonneaux !

Elle aurait mérité un 20/20 .

Réaliser trois beaux tonneaux avant de « s’échouer » dans un pré, il faut reconnaître qu’elle était douée… ou bien c’était le chauffeur !

Son frère qui, par chance, passait sur la route l’a récupéré. La voiture est devenue épave !

Puis est venu le temps d’une  Renault 18, qu’il a racheté à un collègue de travail.

Pour une fois ce ne fut pas de sa faute. C’est à noter dans les annales ! Un conducteur avait brûlé le stop et l’a emboutie !

Après le « décès » du fourgon, grâce aux conseils d’un voisin, il a acheté aux enchères une MAGNIFIQUE 504 . Un coupé à toit ouvrant et somptueux sièges en cuir.

Très peu de temps après, mais quand je dis très peu, c’est vraiment très peu, je n’exagère pas !

Disons : deux semaines …

… elle a fini comme une tortue retournée sur sa carapace ! Les quatre pattes en l’air !

Comment ? Mais, voyons !

Ce n’était pas de sa faute ! Il avait crevé … ou un pneu avait éclaté. Je ne me souviens plus, tellement , même à l’époque j’étais écœurée!

Tu parles d’un pneu éclaté ! Je ne sais pas comment il s’y était pris mais il avait trouvé moyen de rouler sur un tas de sable (déposé sur le bas -côté de la route par des gens qui prévoyaient des travaux) et la voiture c’était carrément retournée sur le toit ! Il ne devait pas y aller en douceur car la voiture a fini à la casse !

Il a ensuite roulé très longtemps en 4L.

Mais était venu le temps de la … sagesse ?

Disons … un peu !

IIl a  donc acheté un beau 4/4 blanc.

Qui lui a été volé devant chez lui, avant même qu’il ne  soit fini d’être payé. 

Le 4/4 fut remplacé par une 504 que nous lui avons racheté ensuite.

J’avais enfin, ma propre voiture !

 

C’est avec elle que je me suis retrouvée au milieu des vignes après en avoir arraché une vingtaine de rangs !

J’ai fait ça, toute seule, comme une grande !

L’esprit d’imitation !

 

Continuons avec Bruno.

Oui!...... Comme vous le savez : nous avons eu.... trois fils!   TROIS !!!!!!!!

Comme dit précédemment il a commencé avec une 4L. Il l’a changée lorsque parmi d’autres ‘défauts » même les essuie-glaces ne marchaient plus !

La seconde fut une Fuego. Parfaite ! Beau véhicule !

Tant qu’elle était en état de faire ce pourquoi elle avait été conçue, c’est à dire : rouler !

Ce qu’elle avait bien voulu faire un certain samedi soir pour conduire le fiston en boîte.

Mais il a dû revenir à pieds pour demander de l’aide à son frère Pascal car il avait crevé et ne parvenait pas à changer sa roue.

 

Arrivé à la voiture Pascal a découvert celle-ci carrément , comment dire …explosée sur un rond-point, une roue dévissée seulement en partie par les soins de Bruno mais toujours attenante , les trois autres écartées presque à l’horizontale de chaque côté du haricot laissaient le fond de caisse de la voiture reposer sur le sol !

 

Il faut comprendre la situation ! Ce n’était vraiment pas de sa faute ! Lors de  son premier passage, à l’aller, il n’y avait pas de rond-point à cet endroit !

 

Ce fut l’excuse qu’il nous asséna avec un aplomb qui nous aurait fait rire dans d’autres circonstances !

 

« Vous en avait déjà vu, vous, des ronds-points qui poussent  pendant que vous faites la fête , en  soirée » ?

 Non ?

Et bien ! Lui ! Si ! 

Il faut faire très attention, c’est traître ce genre de chose quand ça vous arrive !

Votre belle voiture dont vous étiez si fier … se retrouve à la casse !

Je lui passais donc notre Simca 1510. Justement celle qui devait être la mienne !

Je ne l’ai jamais récupérée. Je vous conterai pourquoi un peu plus loin, en même temps que je parlerai du fourgon de Pascal.

Je peux toujours vous dire qu’elle a rejoint rapidement la Fuego à la casse !

Puis ce fut le tour d’une Renault 5 . Je ne me souviens plus comment , mais , c’est certain, elle a fini comme les deux autres !

Pour laisser la place à une Renault 21 V6. Pratiquement neuve. Oui… mais…

 Noooon ! Elle n’a pas subi le même sort que les précédentes :

Bruno n’a tout simplement pas pû la garder parce - qu’elle était un vrai gouffre en consommation !

Avoir une belle voiture et ne pas pouvoir lui donner assez d’essence pour en profiter pleinement, a vite perdu de son charme !

Elle a donc été revendue. On peut donc dire que ce fut une survivante !

 Les voitures suivantes ont eu une belle vie !

Bruno a rencontré sa première épouse, et ils ont acheté chacun une 205 neuve !

La casse près de chez nous a perdu un fournisseur !

 

A suivre......

Posté par emiliacelina à 11:04 - Commentaires [15] - Permalien [#]
20 février 2017

Les pipelettes

Mon devoir de cette semaine chez Lakévio 

114467735_o

 

Marcelle                  Germaine                Suzanne

Si ! Si ! Je t'assure! Marcelle a raison ! 

Ce n'est pas vrai! Tu es mauvaise langue .

Laisse tomber, Suzanne! Tu sais bien que Germaine  tombe toujours des nues! 

Bien sûr! Vous voyez toujours le mal partout!

Et toi, tu ne vois jamais rien ! Même quand ça crève les yeux !

Peut-être, mais , au moins , je ne parle pas sans savoir!

Mais , enfin, Germaine, Marcelle ne parle pas sans savoir, c'est le secret de Polichinelle!

J'en ai même entendu parler chez la boulangère! On l'a vue passer devant la vitrine pour aller prendre le bus qui mène à la ville voisine!

Elle avait peut-être besoin d'aller faire des courses !

C'est ça ! Et pour aller faire des courses, elle a besoin d'être maquillée comme une poule et de se jucher sur des talons de 10 cm !

Mais, elle est jeune, la mode a changé, nous sommes d'une autre génération!

Tu es vraiment indécrotable ! Il faut tout te dire! Tu as bien vu son fil à linge!

Qu'est-ce qu''il a son fil à linge?

Mais, enfin, tu as vu ses dessous, noirs et rouges, tout en dentelles, ou juste un ficelle qui..qui... je me demande même comment elle peut porter ce genre de truc!

C'est sûr! Moi, ça me gênerait ! En plus , on pourrait la suivre à la trace rien qu'à son parfum qui traîne derrière elle! Tu crois que c'est le fait d'une femme honnête ?

Ah! Je n'ai pas fait attention à son linge moi! Et je trouve qu'elle sent bon !

Et tu n'as pas vu non plus, le regard des hommes quand elle traverse la rue principale du village, je suppose! ?

Heuuuu...

Ma pauvre fille! Pas étonnant que tu sois restée vieille fille, tu es encore d'une telle naïveté ...

Que ça frôle la bêtise !

Mais...

Tiens! Regarde! Le pharmacien qui prend sa voiture et qui file en directioN de la ville ! A ton avis, il va quoi y faire ? 

Et elle ?

Et vous ?  Qu'en pensez vous ?

Posté par emiliacelina à 06:00 - Commentaires [26] - Permalien [#]